Carnet de Voyage #011

Du mercredi 17 au jeudi 18 juillet 1991

#Nordkapp → #Storslett → #Narvik → #Bodø

71° 10′ 16” N

« S’accrocher à la rambarde, défier le vent, inspirer, s’en tenir à l’essentiel et s’y accrocher. »

71° 10′ 11” N

Apnée, narcose, accepter le néant, lutter contre les remous qui aspirent vers le fond. Relever la tête, se remettre d’aplomb.

Des abysses obscures et glacées rejaillir à la surface et exiger toute la lumière.

Inspirer et s’accaparer tout l’air.

71° 10′ 16” N

S’accrocher à la rambarde, défier le vent, gommer ce qui est mal écrit, se débarrasser du bien pensant et des rôles de pacotilles en les balançant par-dessus bord.

Inspirer, s’en tenir à l’essentiel

et s’y accrocher.

Revenir sur nos pas.

À bord de la première navette du matin traverser Magerøya le vent en poupe, encouragés par les gobelins désireux de nous savoir enfin loin de leur temple et de leur secret. Oui messieurs dames, le titre de bout du bout septentrional de l’Europe revient à Knivskjellodden, cap un brin à l’ouest qui s’avance de mille quatre cent cinquante sept mètres plus au nord. Pas assez imposant, pas assez majestueux, pas assez noble pour défendre son titre.

Rebrousser chemin.

Par les fjords et par les dunes,

par les hauts plateaux et les bas reliefs,

par les mêmes villages et rivages déserts

glisser inexorablement vers le sud.

Rembobiner.

Par les montagnes et les vallées,

par les ponts, les tunnels et les traversiers,

par les mêmes virages et mêmes lignes droites

dégringoler vers ce maudit sud.


plus d’infos sur zéro heure zéro



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.