Ceci est un exemple de manipulation des media qui recherchent le sensationnalisme. Cette photo propage une fausse information par un cadrage suspect alors que si l’on élargit le champ on se rend compte que ce n’est pas un naufrage mais bien une mise en scène destinée à apitoyer.

Regardez ou il y a la flèche rouge, un homme est debout . Preuve qu’il à pied et que cette photo est un mensonge et montée de toute pièce …

Comment les journalistes passent facilement de la recherche d’audience à l’escroquerie

Publier une photographie truquée ou une photographie dont le cadrage spécial ne permet pas de comprendre les coulisses de la falsification constitue au sens commun du terme une escroquerie destinée à faire de l’audience et donc des bénéfices supplémentaires. Le législateur devrait punir ce genre d’escroquerie. Le lecteur qui achète son journal ce jour-là se fera flouer de quelques dizaines de centimes, ce n’est pas en soi un montant considérable, rien de quoi ester en justice, mais multiplié par les centaines de milliers d’exemplaires vendus, cela constitue une manne pour beaucoup de journaux peu soucieux de l’éthique.

Le journaliste peu scrupuleux non seulement veut faire de l’audience mais en plus il veut plaire aux propriétaires du journal, à savoir les grands groupes financiers qui contrôlent presque tout l’audio-visuel officiel.

Leurs dirigeants suivent la ligne de la mondialisation qui ubérise la société et importe massivement des illégaux, le brave journaliste obéissant truquera quelque photo et le tour sera joué. Son avancement sera assuré, sa villa ou sa nouvelle maison payée, sa compagne contente mais son âme, si du moins il lui en reste une, que dit-elle?

La technique du recadrage

En recadrant une photo, le journaliste qui la diffuse, en sachant très bien les parties qu’il occulte, opère en falsificateur car il dénature l’information qui est véhiculée par la photo. En diffusant une photo falsifiée ou dénaturée par recadrage et en omettant par la suite de dénoncer la falsification (certains ont été abusés par des falsificateurs), le journaliste qui agit ainsi se fait complice de la falsification.

Le racket des passeurs et la complicité des pro-migrants

Ceux qui soutiennent l’immigration massive se font, volontairement ou involontairement, les complices des rackets en tout genre que ce trafic d’êtres humains engendre. Média-Presse-Info nous relate la prétendue « gentillesse » des trafiquants qui contraignent des mineures à se prostituer :

» L’immigration est une manne pour les financiers apatrides et les trusts trans-nationaux mais aussi pour les mafias de passeurs. En Libye mais aussi en Europe…


A Vintimille, ville italienne frontalière avec la France, envahie de ‘migrants’ de toute origine souhaitant arriver dans l’hexagone, c’est l’horreur de la prostitution pour des jeunes filles clandestines contraintes de payer aux passeurs leur passage de la frontière en nature ».

Les autres photos truquées

PHOTO 2

Cette photo est une mise en scène destinée à influencer l’opinion publique, qui était encore sous le coup de l’émotion après l’ignoble tuerie de Charlie hebdo et de l’Hyper casher. Non, Abbas et Nethanyaou n’ont pas défilé ensemble avec Merkel et Hollande en tête du cortège d’hommage aux victimes des tueries. Mais c’est ce que l’on a voulu vous faire croire. Des personnaités se promenant en rue sans le moindre garde du corps , cela ne vous a pas étonné. Et bien oui, on s’est fait berné, on a été manipulé.

PHOTO 3

Cette photo a été prise le 8 décembre 2017 et recadrée fallacieusement par le journal Libération. Ce recadrage laisse croire que la soldate israélienne menace un vieillard palestinien alors qu’en fait il demande un renseignement.

Cette technique du recadrage a déjà été longuement utilisée par les falsificateurs médiatiques afin de modifier le sens d’une photo. Cela permet d’éliminer l’arrière-plan qui permet de mieux localiser une photo ou d’éliminer des détails qui contredisent l’objectif inavoué des falsificateurs

Lorsque des journaux officiels qui ont pignon sur rue se mettent à faire de la désinformation, à recadrer volontairement une image en vue d’en déformer le sens, alors oui ces journaux méritent bien le surnom de torchons. D’autant qu’une autre photographie atteste bien du caractère non violent de la scène. Selon Info Equitable, Libération plaide non coupable

PHOTO 4

Cette photo d’une petite fille en pleurs parue en une de Time est une mise en scène.« C’est honteux que les démocrates et les médias exploitent la photo de cette petite fille pour faire avancer leur agenda. Elle n’a jamais été séparée de sa mère. » nous assure Sarah Sanders du service officiel de la Maison Blanche.

Les campagnes de haine envers un des meilleurs présidents que les Etats-Unis aient connu atteint l’acmé de l’immonde. Que ne feraient pas tous ces journalistes en mal de copie au service de la grands groupes financiers pour faciliter l’augmentation du PIB lié à la délinquance, l’immigration massive et incontrôlée et tout son cortège d’horreurs : trafic de drogue, d’armes, d’êtres humains, viols collectifs, criminalité, attentats, islamisation, ubérisation, paupérisation. Et ces ânes bâtés d’insulter un président qui défend sa patrie contre les délocalisations, qui défend les emplois (le leur aussi), qui dit « America’s first » là où d’autres disent « my pocket first ».  La technocratie bruxelloise défend très bien les intérêts des lobbys pétroliers, de la Chine, de l’Inde, du Brésil, … mais jamais les intérêts des Européens.

Dans un long article Europe 1 analyse le phénomène mensonger et manipulateur de trois photos fausses destinées à émouvoir et à récolter des fonds pour l’immigration illégale. La manipulation dans toute son horreur. En Europe, le trafic d’êtres humains concerne les esclaves sexuels, aux Etats-Unis des dealers de cocaïne.

Cette affaire apparaît comme par hasard à un moment où l’activité judiciaire bat son plein aux Etats-Unis et concerne justement la corruption démocrate. Les anciens numéros 1 et 2 du FBI sont entendus en ce moment par la justice pour non-respect de la loi et pour avoir tenté de couvrir (cover-up) les activités illégales d’Hillary Clinton. Il faut savoir que le FBI était tenu d’informer l’opinion publique américaine du maintien de l’inculpation d’Hillary Clinton dans l’affaire des courriels privés du département d’état (la loi américaine oblige les secrétaires d’état à n’utiliser que des courriels officiels pour les affaires qu’ils traitent, les courriels privés sont interdits pour les affaires d’état et cela pour des raisons de transparence)

PHOTO 5

Comment on falsifie une photo : l’exemple qui nous est donné ici nous montre bien la prise de vue en studio et puis l’impression d’un arrière-plan. Ces images sont donc trafiquées dans le but de susciter l’émotion là où il devrait y avoir un dégoût profond devant le trafic ignoble d’êtres humains. Certains politiciens ne se cachent même plus, comme en Espagne, et affirment vouloir naturaliser très vite les nouveaux arrivants afin d’avoir leurs voix. Du pur électoralisme

Les trafiquants débranchent leurs transpondeurs pour éviter d’être localisés et les ONG qui prétendent « venir en aide » aux migrants ne sont que les complices d’un vaste réseau de trafic d’êtres humains. Débrancher un transpondeur est un acte de piraterie. Juridiquement un état souverain est en droit de torpiller un navire pirate qui entre illégalement dans ses eaux en refusant de se signaler.

Confisquer les passeports de passagers, fussent-ils clandestins, ce n’est pas de l’aide humanitaire, c’est du trafic. Inciter des clandestins à déchirer leurs passeports pour pouvoir bénéficier de manière illégitime à l’aide sociale, c’est de la fraude et de l’incitation au non-respect des lois. Que deviendront ces migrants une fois installés en Europe? Des assistés sociaux ne trouvant aucun emploi et qui plomberont les finances de la sécu au point de la voir disparaître ou s’effilocher grandement. Des mafiosi, des membres de milices privés, des terroristes, des violeurs, des esclaves sexuels pour membres de l’ONU ou d’ ONG ou des des « bambous d’ébène » pour parties fines européennes … Une « chance pour l’Europe » disent ceux qui pratiquent le double langage

PHOTO 6

Le trucage afin d’influencer le citoyen. La photo n°6, véhiculée par de nombreux media français, a cependant été publiée sans la moindre vérification. Il apparaît de manière évidente que les soit-disant morts parmi les terroristes de la bande de Gaza ne sont en fait que des acteurs. Un mort ne tient pas l’épaule de son prétendu sauveur.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.