La liberté d’expression est l’un des droits fondamentaux de bon nombre de démocraties. Ainsi peut-on débattre quand il s’agit, par exemple, du climat, de l’agriculture, du système scolaire, de l’économie, de la fiscalité, et j’en passe. Personnellement, j’aime à défendre les jeunes qui demandent qu’on leur laisse une planète vivable,que l’on éduque nos enfants à devenir des citoyens responsables et solidaires, que l’on arrête de raisonner uniquement en fonction de la croissance avec un tiroir-caisse à la place du cerveau, que l’on prenne l’argent là où il est pour en faire profiter la collectivité et pour le bien-être de la majorité de la population qui ne demande qu’une chose : vivre décemment et en paix.

Mais je peux comprendre que certains voient les choses autrement et suis prêt à en débattre.

Cependant, il y a des opinions qui ne sont pas des opinions mais des crimes, humainement d’abord mais aussi inscrits comme tels dans la loi de beaucoup de pays. Ainsi en est-il du racisme, de l’anti-sémitisme, de l’islamophobie, du révisionisme sur les crimes nazis, du machisme et de toutes les discriminations fondées sur l’origine, l’appartenance religieuse ou les caractéristiques physiques des individus.

Là, on ne discute pas: on combat, on condamne !

Parfois, ces discours haineux s’habillent de drapeaux nationaux, de travestissements habiles et tortueux de l’histoire, de comptabilités mesquines sur les atrocités réciproques des guerres de décolonisation, sur certaines religions, sur les franc-maçons, les communistes ou tout autre bouc émissaires sortis de l’imagination machiavélique et sans bornes dont savent faire preuve ces manipulateurs. C’est grâce à ces théories conçues pour enfumer l’opinion en utilisant l’aigreur et le désespoir de ceux que la croissance a laissé sur le côté de la route, que l’extrême droite pointe son nez morveux dans quelques pays européens. C’est toujours ces mensonges qui permettent le massacre passif de milliers d’êtres humains en Méditérranée, et ailleurs, et qui incitent à refuser d’analyser, de comprendre et d’intervenir sur les causes de cette migration qui plongent leurs racines dans la néo colonisation, dans ce déséquilibre économique Nord-Sud outrageux, dans l’insupportable inégalité de la répartition des richesses, dans les pactes économiques avec des tyrans, dans la corruption endémique organisée au profit de minorités de privilégiés qui, pour défendre leurs intérêts, organisent de terribles répressions engendrant elles-mêmes des révoltes, des guerres multilatérales et un fanatisme sanglant.