Mary Cate Duff est une étudiante en Business et en Chimie à l’Université de William et Mary, situé à Williamsburg, en Virginie. Elle a voté pour la première fois lors du Super Tuesday et témoigne de l’importance des élections présidentielles en Amérique. 


Pourquoi avons-nous cette tendance de glorifier la politique, jusqu’au point où cela ne ressemble plus du tout à un choix de président mais plutôt à une émission de « Real Housewives »? Make America Great Again ? Feel the Bern ? Est-ce que nous, le peuple des Etats-Unis, sommes tellement dégoûtés par la politique qu’il faut carrément transformer la politique en quelque chose de banal? Ou est-ce que nous ne cherchons pas vraiment à comprendre les enjeux de nos choix ? Est-ce que notre système scolaire nous donne réellement les moyens pour comprendre ce qu’il se passe ? Ce sont les questions que je me pose en suivant les élections de mon pays…

Il est évident que les élections de 2016 ne ressemblent à rien de ce qu’il y a déjà eu. Peut-être car c’est la première élection où je peux voter et me rendre compte de ce que c’est. Mais plus probablement, c’est le résultat d’un peuple qui en a marre d’être déçu par Washington, DC. On essaie de comprendre où nous mènera ce système bipartisme défaillant mais au lieu de construire quelque chose et lever ce rideau sombre sur notre avenir, nous le brûlons avec des campagnes électorales pleines de promesses vides. 

Je suis étudiante dans une petite université en Virginie. Samedi passé, trois groupes d’étudiants sont venus frapper à ma porte (j’habite dans une chambre sur le campus) pour me demander si je savais où aller voter mardi ….et si j’avais la moindre question sur la politique de Bernie Sanders. Dans la chambre que je partage avec deux autres filles, nous sommes toutes des démocrates. J’ai dû convaincre ma meilleure copine de changer son lieu de votation de sa maison dans le nord de la Virginie à Williamsburg où nous sommes pour qu’elle puisse voter. L’autre fille dans notre chambre a dit qu’elle votait pour Hillary car  » Bernie, un socialiste, ne peut pas gagner contre Trump ».

Aux Etats-Unis, le mot socialiste est encore plus négatif que le mot musulman. 

Aux Etats-Unis, le mot socialiste est encore plus négatif que le mot musulman. C’est étrange de penser qu’un candidat intéressant est lésé, juste à cause d’un mot auquel qu’il s’identifie.

J’ai donc donné rendez-vous à une de mes amies après nos cours pour aller voter, lors de ce fameux Super Tuesday. Toute la journée, on voyait des étudiants, des professeurs, des concierges avec des petits autocollants rouge, blanc et bleu qui proclamaient « I voted ! » A 17h, nous sommes parties vers le lieu de votation, une église, qui est à deux pas du campus. Au coin de la rue, trois étudiants dansaient avec des affiches soutenant Bernie Sanders. J’ai parlé à une bénévole qui faisait le « check-in » en lui demandant si il y avait beaucoup de gens comparé aux années d’avant.

« There’s been a steady stream. Lots of students ! » en me faisant un clin d’oeil.

(“Il y a eu beaucoup de monde depuis le matin et particulièrement beaucoup d’étudiants!”)


L’homme qui devait vérifier mon identité m’a comparé à la photo sur ma carte d’étudiant, prise tout au début de ma première année.

« Smile. Nope, still not the same. You look so tired, so aged ! » 

(Souris ! Non, toujours pas la même… Tu as l’air si fatiguée, si âgée !”)

« Midterms sir » 

(“J’ai mes examens de semestre… »)

« I’ll let you pass this time » 

(“Je te laisse passer cette fois…”)


Je suis allée au bureau des démocrates. Même les affiches, de couleur bleue ou rouge, rappellent les différences « fondamentales » entre les deux partis politiques.

Moi, j’ai voté pour Bernie Sanders. C’est un vieil homme entêté qui veut réparer le pays. Selon moi, Hillary a une trop grande part d’ombres. Je ne peux pas imaginer voter pour quelqu’un qui ne reconnaît pas le changement climatique. Mes parents pensent que j’ai passé un peu trop de temps en Europe et que dès je gagne un peu d’argent, je ne voterai plus pour les démocrates. Il y a cette expression, qui résume la situation: 

 « Not to be a democrat at 20 is proof of want of heart; to be one at 30 is proof of want of head.”  On verra.

« Ne pas être un démocrate à 20 ans veut dire qu’on n’a pas de coeur; en être un à 30 ans signifie qu’on a pas de tête. »

Sur un groupe Facebook de l’université, quelqu’un a créé un sondage pour tous les candidats: Bernie Sanders vient en tête. Sur au moins 1 ordinateur sur 5, il y a un autocollant de Bernie – on vous l’envoie après que vous avez donné de l’argent à la campagne. Des gens ont choisi Trump, toutefois. Je comprends les déceptions, mais je ne comprends pas la haine et l’intolérance de ce candidat. Il se moque des personnes handicapées, sa rhétorique est raciste, c’est un personnage plutôt horrible. Mais je ne sais pas qui est le pire, Trump ou Cruz. Avec Trump, je pense que nos relations avec le monde déclineront. Mais avec Cruz, tous les droits humains seront de nouveau mis en questions : accès aux avortements, mariage pour les homosexuels, etc. Il veut commencer une guerre au Moyen Orient, il a même déjà menacé de détruire à coup de bombes la Syrie.

Alors en ce moment, j’ai peur.  

Dans la ville de Mary Cate, Williamsburg City, Bernie Sanders a été élu avec 50,68% des voix avec 38 voix d’avance sur Hillary Clinton. 

Photo: Mary Cate Duff 

Texte: Mary Cate Duff & Lauriane Laville



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.