De nombreux politiciens confortablement installés sous la Coupole fédérale ont fait leurs bagages et cédé la place lors des dernières élections fédérales d’octobre. Ce changement est-il vraiment surprenant ?

La politique fédérale prend un coup de jeune et se féminise. Plusieurs politiciens qui étaient quasiment certains d’être réélus sous la Coupole fédérale lors des élections nationales d’octobre ne l’ont pas été. C’est le cas du démocrate-chrétien tessinois Filippo Lombardi, 63 ans, ou de l’UDC fribourgeois Jean-François Rime, 69 ans, qui ont dû céder leur place à des candidats plus jeunes, et souvent des femmes. Ce changement est-il vraiment si surprenant ? Pas totalement, explique Filippo Lombardi dans Le Matin Dimanche. Le peuple a réellement eu envie de renouveler les membres de l’assemblée fédérale. Pascal Sciarini, professeur en science politique à l’Université de Genève, affirme qu’il est trop tôt pour confirmer ou infirmer cette idée. Andrea Pilotti, politologue à l’université Lausanne, a démontré dans une étude que ce phénomène de rajeunissement n’est pas inédit. Lors des élections fédérales de 1919, la moyenne d’âge était déjà passée de 56 ans à 52 ans. A chaque nouvelle génération, la moyenne d’âge a tendance de baisser avant de remonter pour se stabiliser.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.