Nous sommes lundi. J’imagine que c’est à peu près la seule certitude que nous aurons ce matin. J’ai toujours de la peine à revenir sur le vendredi précédent alors que près de trois jours se sont écoulés. Des fois, je me dis que ça serait plus simple si les marchés ne fermaient jamais.

Nous allons donc essayer de résumer cette fin de semaine chaotique. Tout d’abord la Chine. Vendredi matin, alors que je rédigeais ce même commentaire, je notais que la Chine était en hausse comme tous les jours et que tout allait bien. Le temps que je publie, que je me douche, que je m’habille et que je descende au bureau, les autorités chinoises avaient annoncé leur intention de «rendre plus facile et accessible le prêt de titres afin de faciliter le Short Selling». Visiblement, ils ont décidé de le faire immédiatement, puisque le marché s’est pris 6% dans les gencives quasiment instantanément. Autant vous dire que quand vous allumez votre Bloomberg en Europe et que vous voyez la Chine en baisse de 6%, ça calme vos velléités acheteuses. Heureusement que les Bloomberg ne fonctionnait pas vendredi matin, sinon ça aurait été pire.

Donc nous avons entamé la journée avec la Chine qui nous glaçait le sang et les Bloomberg qui refusaient tout service. Immédiatement, les traders ont commencé à s’occuper.

1) En publiant des Tweets sur le sujet toute la matinée sous le hastag #bloombergdown

2) En allant au café ou au pub

3) En rentrant à la maison

4) En signant un abonnement chez Reuters

5) En se rendant compte que l’on peut AUSSI communiquer par téléphone

Et pendant ce temps, le marché baissait. Il baissait à cause de la Chine et aussi à cause de la Grèce. La Grèce, on en parle et on en reparle. Tout d’abord, il y avait un article du FT qui disait que la Grèce avait été voir le FMI et lui avait demandé un délai pour la prochaine échéance de leur emprunt. Le FMI leur aurait répondu: «Get the F… out of here and come back when you gonna have our F… money!!!» C’est ce qui se rapproche le plus d’un NOOOOOONNNNN!!!!

Dans la foulée, les génies de visionnaires de la haute finance de chez Standard & Poor’s ont décidé de baisser le rating de la Grèce, confirmant encore une fois, si nécessaire, que ces clowns des agences de rating préfèrent nettement frapper un homme à terre et si possible après avoir vérifié qu’il a bien les mains attachées dans le dos. Pour ceux qui veulent faire des placements risqués, le rendement de la dette grecque est à 26.3%.

Ça, plus la Chine, plus les Bloomberg’s qui ne fonctionnent plus et le week-end qui arrive avec son cortège de rumeurs comme quoi «la Grèce devrait annoncer une mauvaise nouvelle ce week-end, mais je ne peux pas vous dire quoi». Forcément, ça ne donne pas envie de se mettre «long», même si on nous dit que le QE fonctionne comme un charme et que, quand Draghi n’est pas occupé à ôter des confettis de ses cheveux gominés, il est hyper-content de son boulot, l’ambiance n’était pas au BUY, BUY, BUY, mais plutôt au SELL, SELL, SELL.

Bref, l’Europe était au fond du trou. Syngenta a déçu sur son trimestre à cause d’un hiver froid aux USA, Nestlé a publié une croissance des ventes en-dessous des attentes à cause des consommateurs qui consomment moins, American Express a raté son trimestre parce que le dollar est trop fort et il est trop méchant pour leurs chiffres. Le dollar perd 2.1% contre l’euro sur la semaine, les marchés américains flippaient vendredi soir à cause de la Chine, de la volatilité qui monte au-dessus des 14% (quelle horreur, plus que 70 points de hausse et c’est comme en 2008). Mattel a publié de bons chiffres, finalement ils vendent encore des barbies. AMD a raté son trimestre et plongeait de 10% et puis les avocats anti-trusts recommandent de refuser le merger entre Time Warner et Comcast. Time Warner reculait de 5.5%.

Heureusement que le pétrole nous sauve la semaine. 8% de hausse pour une classe d’actifs qui est censé crouler sous la production et ne plus savoir où stocker les barils, c’est un bel effort. Ce matin, le baril vaut 56.43$. L’or reste au-dessus des 1’200, il est à 1’203$, et je reste convaincu qu’il est en train de construire une figure baissière qui devrait l’emmener plus bas. Je surveille attentivement la rupture des 1’150$ à la baisse et je commencerai à hurler à ce moment-là.

Ce matin, on prend les mêmes et on recommence. La Chine hésite, après s’être pris les pieds dans le tapis, ils tentent de renverser la tendance alors que le reste du monde estime que c’est une énorme bulle spéculative et que le pays est maudit et qu’à la fin, ça va finir en larmes. Shanghai avance tout ce même de 1%, mais la journée n’est pas finie et Hong Kong recule de 0.3%. Au Japon, on hésite entre ne rien faire et renoncer à tout activité. Le dollar est faible et ça n’arrange pas le yen, donc pas le Nikkei qui se traîne à 19700, en hausse de 0.25% en attendant un signe des Dieux pour accélérer la hausse en cassant les 20’000 points.

Pour le reste, la semaine devrait être placée sous le signe de la Grèce. Malgré les rumeurs que je citais auparavant, il ne s’est rien passé ce week-end. La Grèce est toujours dans l’Europe, mais entre Lagarde qui dit que la «lune de miel entre la Grèce et ses débiteurs est terminée», Varoufakis qui dit que «si la Grèce quitte l’Europe, elle sera suivie par d’autres», on va sûrement bien rigoler cette semaine. Mais entre vous et moi, je commence à me dire que ça serait quand même mieux si la Grèce faisait défaut et qu’elle quittait l’Europe ou qu’elle s’associait avec les Russes ou qu’elle devienne le 52ème état américain. On s’en fiche, mais qu’on en finisse!!!

Autrement, on retiendra que les médias pensent que Deutsche Bank est sur le point de faire le spin-off de Postbank. Quand c’est tellement insistant, c’est qu’il y a quelqu’un de bien informé quelque part qui a lâché le morceau après une douzaine de bières dans un bar de Francfort vendredi soir.

On continue avec la saison des résultats aux USA. Pour le moment, les attentes étaient tellement basses que l’on s’en est bien sorti, statistiquement 4 sur 5 sont au-dessus des attentes, même si la hausse du dollar ces quatre derniers mois reste une ombre au tableau pour certaines compagnies.

Pour ce lundi, nous aurons: Bank of Hawaii, Canadian National Railway, Check Point Software, Halliburton, Hasbro, Lam Research, Morgan Stanley, Rambus, Royal Caribbean, Sanmina, Steel Dynamics, SunTrust Bank et j’en oublie. Mais les principaux sont là.

Le Barron’s publie un article sur les prix de l’immobilier aux USA. Selon eux, ils sont proches du «top», la hausse est en ralentissement, mais cela pourrait bien continuer encore pour une année ou deux.

Côté chiffres économiques, nous aurons le PPI en Allemagne, le Trade Balance en Espagne, le Chicago Fed National Activity. Pour le moment, les futures sont en hausse de 0.35% et on semble plein de bonnes intentions pour récupérer les errances de vendredi (tant que l’on ne parle pas de la Grèce).

L’euro/dollar est à 1.0774, le yen vaut 118.66, le bitcoin est à 220.83$ et le rendement du 10 ans américain est à 1.86% et l’euro/suisse s’enfonce lentement mais sûrement en direction de la parité. Actuellement, nous sommes à 1.0278.

Il me reste à vous souhaiter une belle journée, un beau lundi, apparemment le soleil est de retour.

Thomas Veillet, Investir.ch

«British Prime Minister David Cameron is facing criticism from working-class voters after he was caught on camera today eating a hot dog with a knife and fork. And he got criticism from wealthy voters because he used a hamburger fork.» –Seth Meyers



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.