J’enrage sur cette affaire de Cologne. D’une rage sourde, qui vient de loin et qui peine à s’exprimer.

Cologne. Plus de 700 femmes agressées en une nuit.

Cologne. 2 tabous. 2 dénis. Les agressions envers les femmes. La xénophobie envers les réfugiés.

Et tout le monde y va de sa théorie, encore une fois. L’extrême-droite se défoule sur ces femmes, faisant d’elles le réceptacle de cette haine protéiforme anti-réfugiés. La gauche se vautre dans le déni, comme si lutter contre la xénophobie pouvait s’accommoder d’un sexisme dégueulasse et d’une minimisation des crimes sexuels. J’enrage.

Encore une fois, le débat se binarise, s’aveuglise (oui, « s’aveuglise » car s’aveugle n’est pas assez fort pour décrire la puissance de cette mécanique infernale). Encore une fois des vies humaines sont transformées en objets de nos mantras idéologiques compulsifs respectifs. Encore une fois, nous devrions choisir : soit, soit. Choisis ton camp camarade.

J’enrage.

Les agressions envers les femmes. Vrai tabou. Vrai déni. Toute femme qui a déjà été agressée le sait : cette société ne laisse pas de place à cette douleur et cette injustice-là. Les flics te disent dès le premier jour que ta plainte ne servira à rien. Tes proches te recommandent, entre 2 angoisses qui t’empêchent jusqu’à pouvoir dormir, sortir, manger, de « passer à autre chose ». Les médecins te psychanalysent pour seule réponse, comme si la violence aveugle d’un mec contre toi ne pouvait à elle-seule suffire à te bousiller les entrailles, le coeur, le corps et ce qu’il te reste de discernement aussi.

Pas besoin de réfugiés pour que survive ce tabou-là. Cette misogynie ordinaire. Ce mépris du corps des femmes et de leur liberté.

Et d’ailleurs, que viennent faire « les réfugiés » dans cette histoire? Depuis quand les réfugiés, les pauvres, les exclus, celles et ceux que nous défendons en tant qu’acteurs attachés à l’émancipation, devraient-ils se parer de bonté et de vertu? Depuis quand les réfugiés « c’est bien »? Depuis quand nous indignerions-nous en fonction de l’identité des criminels et/ou de leurs victimes? Depuis quand certains auraient-ils le monopole de la morale et d’autres de l’ignominie?

Vrai tabou. Vrai déni.

Je suis une femme. Je suis anti-raciste. Et j’enrage.

Car ces 2 identités sont instrumentalisées par les uns et les autres pour me dire que je n’existe ni en tant que l’une ni en tant que l’autre.

Je ne veux pas choisir mon camp.

Je suis une femme ET je suis anti-raciste.

Je suis Cologne. Et je n’oublierai pas.



3 responses to “Cologne. J’enrage.

  1. Ce serait un bon texte si il était nécessaire et si il se basait sur des faits réels et non une fiction politicomediatique du viol de masse. A ma connaissance personne a gauche n’a nié les agressions faites aux femmes, personne a gauche n’a angélisé les refugies comme une entité bienveillante et unique. Personne a gauche n’a divisé et sommé de choisir un camp entre la lutte feministe et la luttte antiraciste. Cependant face l’hystérie xenophobe collective il faut en effet rétablir les faits, les grands médias et les bloggeurs de tous poils travaillant sur des chiffres farfelus, dont la source n’est jamais citée (ici non plus d’ailleurs). Anne Lowenthal a bien essayé sur son blog de repartir de faits reels, l’obs aussi. Il ne s’agit pas de minimiser, d’angeliser de diviser ou je ne sais quoi encore, aucune agression, sexuelle ou non ,n’aurait du se produire à Cologne. Ce qu’il faut s’est établir les faits, les faits sont ceux-ci, plusieurs centaines de plaintes ( de personnes de tous sexes confondus) sont parvenues aux commissariats pour des vols avec aggression, du harcèlement et l’obs parle « d’au moins 3 viols ». Dire que le viol est aussi ancré dans la culture violente et viriliste occidentale ce n’est pas excuser le viol par un immigré, dire que stigmatiser l’autre qui serait « culturellement mauvais » sans balayer devant sa porte c’est participer à cette nouvelle pensée dominante islamophobe et xénophobe, ce n’est pas légitimer les religions patriarcales. Enfin, personne ne semble se poser la question de la double oppression, raciste et sexistes, que subissent les femmes seules dans certains camps de réfugiés ou la promiscuité forcée et la déshumanisation révèlent parfois les plus bas instincts.

    1. Taharrush Gamea (viol collectif) est un jeu musulman importé en Europe depuis quelques années. Le pacte migratoire onusien veut encore donner plus de droits à tous les migrants qu’ils soient trafiquants, terroristes ou violeurs. Il invite aussi à respecter les différences et à accepter la diversité culturelle, en ce compris le taharrush gamea, la lapidation de femmes infidèles, la dhimmitude,… Certains et certaines continuent d’ignorer le problème et refusent d’admettre que ce sont les dirigeants élus qui ont vendu leur âme pour quelques gouttes de pétrole (déclaration de Barcelone suivi des directives européennes Eurislam). Vous faites de nombreuses références à des journaux financés par des grands groupes de presse au mains de financiers. La finance ne s’intéresse pas aux gens ni à leur bien-être Les politiciens se préoccupent principalement de leur élection ou réélection. Je vous invite à ouvrir les yeux. Bienvenue dans le monde réel. https://twitter.com/VeytT/status/1050751829611634690

  2. Nous avons tous le droit d’avoir des opinions différentes. Mais il faut
    cesser le déni de réalité et cesser de taxer d’islamophobes ceux qui
    refusent l’instauration de la charia, ceux qui refusent de voiler leurs
    enfants, ceux qui refusent les bus séparés pour hommes et femmes, ceux
    qui refusent de se voir contraints de manger halal. « Traite ta femme
    comme un champs de labour », disent les corans. Ces hadiths sont répétés
    vendredis après vendredis dans les mosquées. Et vous vous obstinez à
    n’y voir aucune relation? Certains musulmans poursuivis pour viol
    invoquent même leurs textes coraniques pour oser prétendre que cela fait
    partie de leur culture et leurs avocats réclament de ce fait plus de
    clémence. Il faut avoir la lucidité de voir dans les jeux politiques des
    actions qui ne diffèrent pas d’un énorme jeu d’échecs mondial. Le
    politicien arrivé à la tête d’un état se fiche éperdûment de l’intérêt
    des citoyens qui l’ont élu mais uniquement de leur élection et de leur
    réélection. Donner des avantages sociaux à des migrants est une garantie
    d’élection et de retour d’ascenseur. Les mêmes politiciens qui
    défendent l’immigration massive sont aussi ceux qui défendent le droit
    de vote pour ces nouveaux électeurs. Alors ces ignobles individus se
    contrefichent que parmi les migrants il y ait des déserteurs de l’armée
    syrienne sympathisants de Daesh (qui demain organiseront la logistique
    des prochains attentats), des violeurs, des illégaux affamés d’argent
    facile (trafic ou allocation), des prédicateurs prêcheurs de haine. Et
    vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi la vague de migrants actuels
    étaient tous musulmans et majoritairement des jeunes hommes en âge de
    service militaire? Et vous trouvez normal que l’Iran et l’Arabie
    Saoudite refusent tout migrant? Mais réveillez-vous bon sang! Levez la
    tête de votre abrutiphone et regardez le zénith au lieu du nadir. Et
    cessez de regarder les émissions débilitantes de votre boîte à image,
    vous n’avez plus l’âge de regarder « Bonne nuit les petits » avec
    Nounours, Nicolas et Pimprenelle. Relisez votre histoire. Le 7 juin
    1975, l’Europe a capitulé devant les pétroliers saoudiens et accepté le
    projet d’islamisation de l’Europe (traité Eurislam). Il est une chose
    pire encore que la soumission des chaînes, c’est de ne pas en sentir le
    poids (Bertold Brecht)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.