En mai 2016, 1885 demandes d’asile ont été déposées en Suisse, soit 137 de plus qu’au mois précédent (+ 8 %). Pour la première fois cette année, le nombre de demandes d’asile déposées au cours d’un mois a été inférieur au total enregistré durant la même période de l’année passée. Comme les années d’avant, une légère hausse par rapport au mois précédent est cependant à relever ; elle s’explique par l’augmentation saisonnière du nombre de migrants qui débarquent dans le sud de la péninsule italienne. En mai, les principaux pays de provenance de requérants d’asile en Suisse ont été l’Erythrée, la Somalie et l’Afghanistan.

En mai, les principaux pays de provenance des requérants d’asile arrivés en Suisse ont été l’Erythrée (294 demandes ; +100 par rapport à avril), la Somalie (235 demandes ; +111), l’Afghanistan (145 demandes ; +32), le Nigeria (116 demandes ; +12) et le Sri Lanka (115 demandes ; +6).

Durant la même période, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) a traité 2493 demandes d’asile en première instance. Parmi elles, 630 ont abouti à une décision de non-entrée en matière sur la base de l’accord de Dublin, 483 à l’octroi de l’asile et 523 à une admission provisoire. Par rapport au mois précédent, le nombre de dossiers en suspens en première instance a baissé de 440 unités.

Au cours du mois sous revue, 830 personnes ont quitté la Suisse de manière contrôlée. Notre pays a demandé à d’autres Etats Dublin de prendre en charge 975 requérants, et 384 personnes ont été transférées dans l’Etat Dublin compétent. La Suisse a, quant à elle, reçu 291 demandes de prise en charge émanant d’autres Etats Dublin, et 30 personnes ont été transférées dans notre pays.

Programme de relocalisation: arrivée d’un premier groupe de réfugiés

Au début du mois, les 34 premières personnes à protéger dans le cadre du programme de relocalisation de l’UE sont arrivées en Suisse, en provenance d’Italie. Le Conseil fédéral estime, en effet, qu’il convient de soutenir les pays les plus touchés aux frontières extérieures de Schengen et que les personnes à protéger concernées doivent bénéficier d’une répartition fondée sur la solidarité européenne. Aussi a-t-il décidé, l’an dernier, que la Suisse serait par principe disposée à participer à ce programme.

Les personnes en provenance d’Italie ou de Grèce accueillies en Suisse dans le cadre de ce programme de relocalisation proviennent toutes d’Etats dont les ressortissants obtiennent, dans leurs procédures d’asile menées en Europe, un taux moyen de reconnaissance supérieur à 75 %. Cette limite est actuellement atteinte par les requérants de Syrie et d’Erythrée. Cependant, le SEM n’admet le transfert en Suisse des personnes proposées qu’après un examen de sécurité. Une fois en Suisse, les personnes à réinstaller font l’objet d’une procédure d’asile ordinaire.

Cet article a été publié au préalable sur Albinfo.ch

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.