Un foetus de trente semaines sauve sa mère d’une mort certaine en venant se coller contre la paroi utérine et ainsi empêcher une hémorragie fatale et à la mère et à l’enfant. Ce cas, qui devrait faire la une de tous les journaux écrits, parlés ou télévisés, passe malheureusement au second plan tant les conséquences de ce cas sont énormes et tant la censure de la gauchosphère omniprésente.

Car la conscience présente chez le foetus de trente semaines est bien l’élément qui nous invite à penser que le foetus est conscient dès la conception.

Etrangement nous constatons que les négationnistes de la conscience à la base des génocides sont les mêmes que ceux réfutent le non-droit à l’avortement et l’argument de moralité et qui jadis éventraient à coups de baïonnettes

les femmes catholiques et royalistes en Vendée. On

retrouve ces mêmes criminels dans des sociétés secrètes satanistes qui prétendent gouverner le monde.