Dans le cadre de la Semaine des Médias, notre journaliste Alain Maillard s’est rendu dans une classe de Genève pour leur faire comprendre le rôle des médias et ce que signifie le journalisme aujourd’hui. Il leur a proposé un exercice : réaliser une enquête journalistique. Le Club de Sept.info vous présente un reportage sur le tri des déchets, réalisée le 5 mars 2016, par Mikael, Emilie, Maria Elisabeth et Dylan. 


Le recyclage à Genève : une affaire commune


Le sondage

Nous sommes tous au courant que notre planète est en danger, et pourtant, la population n’a pas toujours les bons réflexes. Par exemple, certaines personnes ne trient pas ou ne savent pas quoi trier précisément. C’est donc pour cela que notre petit groupe a décidé de mener l’enquête : nous sommes allés poser des questions à nos proches pour en savoir plus sur leurs habitudes au niveau du recyclage. Voici donc les questions que nous leur avons posées :

1. Triez-vous vos déchets ? Si oui, de quelle manière ? Quels déchets triez-vous ? 

 2. Si oui, pourquoi triez-vous vos déchets ? Si non, pourquoi ne les triez-vous pas?

3. Estimez-vous qu’il y a assez de containers dans votre quartier ? Les containers sont-ils souvent pleins ?

4. Si vous habitez près d’un espace de triage, subissez-vous des nuisances sonores ou olfactives ? Si oui, sont-elles importantes ?

5. Si les containers les plus proches de chez vous sont pleins et que vous devez jeter vos poubelles, que faites-vous ?

6. Quand vous devez vous débarrasser d’un objet de type encombrant, comment procédez-vous ? 

 7. Etes-vous favorable à la taxation des sacs d’ordures ménagères ? Si oui, pourquoi y êtes-vous favorable ? Si non, pourquoi n’y êtes-vous pas favorable ?

8. Savez-vous comment fonctionne le système de triage de votre commune ? 9. Si vous avez des enfants, les sensibilisez-vous au recyclage ?

Pour procéder à notre enquête, nous avons posé nos questions dans 3 endroits différents : à la Servette, au quartier des Grottes et à Versoix.

Mikael : aux Grottes, tous les gens trient et disent que la principale raison pour laquelle ils font cette action est l’environnement. Ils ont aussi dit qu’ils se préoccupent du futur de leurs enfants. Tous ont dit qu’il y a assez de containers dans le quartier. Le réflexe à adopter pour jeter un objet encombrant est d’appeler la voirie, et ça les habitants des Grottes l’ont bien compris. On peut dire que ces derniers sont très écologiques, car ils sensibilisent énormément leurs enfants au recyclage. Ce qui n’est pas étonnant, c’est que quasiment toutes les personnes interrogées ne savent pas comment fonctionne le système de tri du canton de Genève. Au niveau de la loi sur la taxation des sacs poubelles (nous y reviendrons plus loin), les avis sont très mitigés, à cause du prix. Personne dans le questionnaire ne dit avoir subi de nuisances olfactives ou sonores. Par contre, les gens ne savent pas quoi trier précisément (les sacs plastiques par exemple). On peut donc penser qu’il y a un manque d’information de la part de la ville de Genève à ce niveau-là.

Maria Elisabeth : à Versoix, sur les 10 personnes que j’ai interrogées, deux vivent dans le canton de Vaud. Il faut savoir que dans le canton de Vaud, il y a déjà une taxe sur les sacs à ordures ménagères. En effet, un sac de poubelle vaut entre 1.50 et 4 francs (le prix peut varier). Les huit autres personnes sont assez partagées à propos de cette taxe. Les gens sont assez sensibles au recyclage. Ils recyclent presque tout ce qu’ils peuvent. Il y a même une dame qui recycle les papiers cadeau. Les gens recyclent car ils trouvent que c’est très important. Des personnes ont dit qu’ils n’accordaient aucune importance au recyclage et que c’était aux autres de le faire.

Dylan : à la Servette, sur les quelques personnes que j’ai interrogées, la plupart ne recyclent pas, car pour eux cela ne sert à rien si personne ne le fait. Il y a assez de containers mais ils ne sont pas souvent remplis. Personne ne vit près d’un espace de triage, donc pas de nuisances. Si les containers sont pleins, soit ils mettent leurs poubelles à côté des containers soit ils attendent que le camion passe. S’ils ont des choses à jeter, ils appellent la voirie.

On peut donc constater que c’est le quartier des Grottes qui est le plus écologique!

Comment marche le système de triage de Genève ?


La ville de Genève collecte les déchets selon trois méthodes. C’est le service Voirie-Ville propre qui se charge de cette tâche.

Tout d’abord les déchets urbains sont divisés en trois catégories :

– les ordures ménagères

– les déchets issus des collectes sélectives (ou valorisable)

– les déchets encombrants

Les véhicules de la Voirie collectent au porte-à-porte les ordures ménagères, le papier-carton, les déchets organiques de cuisine et les déchets organiques de jardin.

Il existe également des écopoints mis à disposition de la population. Les écopoints sont des lieux équipés de bennes destinées à trier les ordures ménagères, le papier-carton, les déchets organiques de cuisine, le verre, le PET, l’aluminium et le fer blanc, les textiles, les capsules à café et les piles.

Pour terminer, les habitants de Genève peuvent prendre rendez-vous avec la Voirie pour qu’elle vienne évacuer les déchets encombrants chez eux.

En ce qui concerne la loi sur la taxation des poubelles…

En Suisse, seuls le Valais et Genève ne taxent pas les sacs-poubelles. Un sac-poubelle coûte entre 1,50 et 4 francs. En comparaison, un paquet de 20 sacs-poubelles Oecoplan acheté à la Coop vaut 2.45 francs. Ces nouveaux sacs-poubelles sont différents des anciens (couleur). Dans le canton de Vaud, les anciens sacs étaient comme les nôtres. Mais, maintenant, leurs sacs sont blancs avec du texte en vert dessus. Genève veut adopter cette loi dans environ 3-4 ans. L’amende s’élève à partir de 370 francs si quelqu’un fraude. Il faut rappeler que cette loi doit inciter les gens à plus trier (car plus les sacs sont chers, plus les gens veulent en acheter moins, et plus ils vont trier !).  Cette dernière a donc « une bonne intention », malgré le prix.