Une question similaire fut posée cette année à un théologien belge à savoir si l’islam pouvait s’intégrer aux valeurs (judéo-chrétiennes) européennes. La réponse fut : aujourd’hui, non ; dans quelques siècles, peut-être. L’accueil d’un musulman par un chrétien dans sa maison, dans sa communauté, dans sa ville ou dans son pays n’est donc pas possible aujourd’hui. Dans quelques siècles peut-être. Il ne faut toutefois pas confondre accueil et dialogue. Tout le monde dialogue, même les ennemis. Mais dialogue ne signifie pas renoncement, ce que certains confondent lorsqu’ils mettent en avant les accommodements déraisonnables.

A la lecture des corans, je n’ai trouvé nulle part de condamnation claire et explicite de l’animalité et du satanisme. Peut-on qualifier d’humain la lapidation de femmes adultères? Rappelons que Jésus, dans son infinie bonté, a demandé à ceux qui voulurent lapider Marie-Madeleine : «que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre» insinuant que personne n’est exempt de reproches et prônant l’amour plutôt que la vengeance bestiale. Oriana Fallacci, insultée par les satanistes maçons [1][2] de la gauchosphère, rappelle [3] l’exécution en Iran de 12 jeunes impurs dans un stade sportif et qu’à un enfant de 12 ans ils éclatèrent la tête à coups de talon. Lors de cette même cérémonie, un cortège se forma au centre du terrain et les fidèles piétinèrent les cadavres. Cette ode à la bestialité n’a évidemment rien d’humain.

La question du satanisme au sein des corans, c’est-à-dire que certains messages prophétiques aient pu être d’inspiration diabolique, fut posée de manière claire par Ibn Warraq [4] qui évoque l’existence de versets sataniques. Jésus refuse clairement toute tentation diabolique avec son célèbre «Vade Retro Satanas». En lisant les corans je n’ai rien vu de tel. Il y a bien évocation d’une possible inspiration diabolique, mais je n’y ai vu nulle part une condamnation.

Lorsque l’on analyse en profondeur les corans, on se rend compte qu’il y a deux types de versets, les médinois, pacifiques, et les mecquois guerriers. Cette double casquette de guerre et de paix, a été matérialisée par Yasser Arafat lors de son discours à l’ONU, tenant dans une main une branche d’olivier et de l’autre un revolver. Une religion entièrement consacrée à la paix n’aurait ni versets guerriers ni représentant tenant en main un revolver. Cette dualité entre le Bien et le Mal, entre aimer la paix que font les hommes et aimer la guerre que font les bêtes, fait inévitablement penser à Stevenson qui explore les méandres de l’âme humaine

dans Docteur Jekyl et Mister Hyde[5]. Là où Stevenson subordonne la partie animale à la partie humaine, comme enchâssée dans une série de couches successives telles des poupées russes, je n’ai vu dans les corans qu’une description de ces deux états et une juxtaposition qui invite à relativisme inquiétant. Je n’ai pas vu non plus dans les pratiques religieuses musulmanes un équivalent du baptême chrétien qui lave le croyant de tout péché originel et de toute animalité. L’acte symbolique du baptême va induire chez celui qui le reçoit l’énergie nécessaire pour effectuer les mutations, si besoin est, du passage de l’animal à l’être humain.

La question de la charité chrétienne envers son prochain est souvent évoquée. L’absence de rituel équivalent au baptême, purifiant l’homme de ses pulsions animales, renvoie à la question de l’accueil dans sa maison, sa communauté, sa ville ou son pays d’animaux sauvages telles que les djihadistes, les violeurs (Cologne, Zurich, …), les délinquants, …

Laudate omnes gentes [6](loue tous les hommes) précise bien qu’il s’agit d’un éloge aux hommes et non à ceux qui refusent de condamner le satanisme et qui se comportent comme des animaux.

La seule option raisonnable à court terme est l’inversion des flux migratoires ou remigration pour les musulmans délinquants et chômeurs de longue date qui alimentent le travail au noir et les mafias. Il est en effet économiquement plus intéressant de construire des prisons dans les pays du Maghreb, la main-d’oeuvre y étant moins chère, que de continuer à vouloir en construire dans nos pays européens. Seules les sectes maçonniques sataniques, via leurs relais dans la gauchosphère médiatique, préconisent le maintien de la construction de prisons sur le sol européen car ils visent en fait l’islamisation de l’Europe par la venue de leurs frères arabes, moyen leur permettant d’atteindre leur credo de destruction de la chrétienté et de

décapitation des rois et des royaumes.

Illustration

La photo qui illustre cet article est une scène de pendaison en Arabie Saoudite. Les homosexuels y sont condamnés à mort et les femmes adultères lapidées ou décapitées en pleine rue (voir vidéo : attention aux âmes sensibles)

Références

[1] Humanum Genus, Encyclique du pape Léon XIII, disponible en pdf et en version

française sur le web

[2] Article consacré à l’Encyclique de Léon XIII sur la Franc-Maçonnerie, Revue du Monde Catholique, disponible en pdf sur le web

[3] Oriana Fallacci, La rage et l’orgueil, pages 108-110

[4] Ibn Warraq, Pourquoi je ne suis pas musulman

[5] Doctor Jekyl and Mister Hyde, Penguin Books

[6] Laudate Deo, chant religieux chrétien

Articles de cette même série

Questions de théologie : Article précédent

Questions de théologie : Article suivant