A regarder de près le florilège de bêtises qui éclôt sur internet concernant la naissance de l’Humanité et l’interprétation asinienne de textes bibliques par des libres-penseurs, force est de constater que l’origine de cette intoxication des esprits est à trouver chez les successeurs de la société théosophique de Madame Blavatsky, à savoir les sectes maçonniques satanistes  qui ont décidé de remplacer Dieu par des extraterrestres, la civilisation par la barbarie, l’ordre par le chaos, le christianisme par les sectes satanistes et les rois par une dictature technocratique .

Les douze tribus d’Israël ne sont rien d’autre qu’une description allégorique et romancée de la naissance de l’Humanité, et de l’apparition sur le globe terrestre en douze points différents d’une Humanité qui diffère des animaux par une caractéristique propre qui est la capacité d’empathie. Il n’y a jamais eu de treizième point d’apparition, la prétendue treizième «tribu» étant une tribu d’usurpation, une tribu animale qui croit faire partie du genre humain (Humanum Genus), treize étant le symbole de «Satan qui s’invite au bal».

«Dieu fera l’homme à son image», disent les textes bibliques.

Les êtres humains sont las de devoir apprendre dans les écoles républicaines les mensonges véhiculés par les sectes maçonniques et de leur prétention à connaître. Leurs théories fausses, comme l’origine des espèces, doit cesser d’être enseigner. Non l’homme n’est pas né en Afrique, c’est le singe qui est né en Afrique. On pourrait remonter plus loin et dire que le rat est né en Asie et l’unicellulaire dans les océans. Cela n’a aucun sens. Le vélo n’est pas non plus l’ancêtre de la voiture, et on ne construit pas de voiture sur le modèle du vélo, seules les tentatives successives de construction méritent d’être observées.

Les premières mutations qui distinguent l’homme du singe apparaissent au Proche-Orient, dans ce qui est aujourd’hui l’état d’Israël. Les francs-maçons racistes nient cette réalité et célèbrent toujours Lucy ou Lucie, la naissance du singe en prétendant fallacieusement que ce sont là nos origines. Il est par contre exact que certains individus sont des humains qui ont régressé jusqu’à l’animalité ou des singes-hommes qui n’ont pas reçu les mutations génétiques qui en font des hommes et ne peuvent donc être considérés comme des humains. Les singes-hommes qui ont violé à Cologne et à Zurich, exterminé massivement des humains à New-York, Londres, Paris et Bruxelles ou les francs-maçons qui proclament leur animalité ne peuvent être considérés comme des humains et doivent être jugés comme des animaux par des tribunaux militaires autorisés à appliquer la peine de mort. La peine de mort empêche la récidive de ces animaux dangereux assoiffés de haine et de sang.

Le racisme anti-blanc, anti-juif et anti-chrétien trouve son origine dans la jalousie des singes-hommes qui voient chez les humains des caractéristiques qu’ils pensent ne jamais pouvoir obtenir. Cette haine raciste qui tue, qui décapite, qui

extermine est cependant véhiculée par la gauchosphère ( dont les propriétaires se retrouvent dans les mêmes restaurants et fréquentent les mêmes loges maçonniques. Cette même gauchosphère, à l’origine du scandale du Siècle, véhicule constamment l’idée que «ce n’est pas si grave» et qu’il faudrait s’habituer aux attentats. Non, c’est très grave et il faut mettre un terme aux attentats.

Aujourd’hui les progrès de la science sont tels qu’il est permis d’espérer pouvoir un jour transformer par des manipulations génétiques ces singes-hommes en véritables humains. En attendant les animaux dangereux devront être mis hors d’état de nuire.