Imaginons que des troupes djihadistes se retirent après un attentat en France sur leur quartier général de Molenbeek, peut-on imaginer que les troupes françaises bombardent le sanctuaire molenbeekois? Peut-on imaginer que le recours à des drones permettant de cibler au plus juste le repaire de terroristes évitera au maximum les pertes civiles? Ce sont ces questions que nous allons aborder.

L’opération Ronces

Evoqué par Eric Zemmour, ce plan de reconquête des territoires perdus de la République française n’est au départ qu’un pur exercice théorique. L’armée française doit être prête à affronter tous les scenarii, en ce compris une récupération d’otages ou une désactivation de bombe nucléaire ou chimique dans les territoires perdus. Des tas de plans militaires ont existé sans avoir été appliqués. L’exemple de plans de reconquête de l’OTAN en cas d’invasion

soviétique n’ont jamais vu la moindre réalisation, l’Union Soviétique s’étant effondré depuis.

L’avenir de la Belgique est déjà décidé

Pour ceux qui en douteraient encore, les politiciens ont d’ores et déjà décidé aujourd’hui le sort de la Belgique de demain. Le théâtre politique n’est qu’une répétition d’une pièce déjà jouée en coulisses depuis bien longtemps. La démocratie représentative est un leurre, son vrai nom est particratie.

Dans le cadre d’une Belgique confédérale, quel pourraient être les scenarii après le

bombardement de Molenbeek? Pour démanteler entièrement les réseaux terroristes, les bombardements ne suffiront pas. Les commandos, les chars et les hélicoptères devront suppléer. Molenbeek mais aussi Charleroi, Verviers, …

Si demain la France envahit le sud de la Belgique pour démanteler les réseaux terroristes, elle le fera avec l’accord des autorités belges. Elle ne retirera pas ses troupes (auquel cas elle devrait payer des dommages de guerre) mais annexera au contraire la partie sud du pays en payant à la Belgique résiduelle le remboursement de la dette au prorata du produit intérieur brut, c’est-à-dire de sa capacité à rembourser. Et si la France envahit tout le sillon Sambre et Meuse à l’exception du Brabant wallon, la Belgique ne devra même pas changer sa constitution, seules ses modalités d’application devront être adaptées à une région wallonne plus réduite.

Un monde politique qui ne bouge pas … ou peu

Les journalistes ont tout intérêt à publier des photos sensationnelles (vraies ou fausses, certains n’hésitant pas à en fabriquer) pour faire de l’audience . Les politiciens cherchent aussi à faire de l’audience par le biais d’un marketing de mauvais aloi.

Les media nous vendent du politicien comme ils nous vendent une savonnette. Ce n’est pas le produit qui compte mais l’image qui est véhiculée dans le public. Là où la publicité nous trompe en faisant passer de la malbouffe pour de la nourriture mangeable, les média nous trompent en faisant passer des politiciens corrompus pour d’honnêtes citoyens et des politiciens agités pour des citoyens actifs et efficaces. La parole du politicien est une chose, son action en est souvent une autre. A l’instar du journaliste qui veut plaire à ses maîtres financiers, (à savoir les grands groupes financiers qui contrôlent tout l’audio-visuel officiel ou l’ont infiltré avec suffisamment d’efficacité), le politicien est conscient que sa réussite dépend partiellement des médias officiels.

A Molenbeek, les réseaux islamistes sont toujours là

Un tribunal de la charia à Molenbeek?

Selon le journal le Peuple, un tribunal de la charia aurait vu le jour à Molenbeek pour régler les litiges entre musulmans. Est-ce une application du CETA qui permet à des avocats de régler entre eux des litiges civils? Ou est-ce une transposition des directives européennes Eurislam?

Une place rendant hommage aux seules victimes musulmanes des attentats

Selon le journal La Province , la bourgmestre libérale de Molenbeek a inauguré une place rendant hommage à une victime musulmane des attentats de Bruxelles. En général, le nom des rues et des places sont décernées à des personnes ayant apporté quelque chose à l’humanité. Quelle que soit l’empathie que nous pouvons avoir pour les victimes de lâches assassinats, force nous est de constater que dans la majorité des cas les victimes ne doivent leur notoriété qu’à leur statut de victime. C’est ainsi que la coutume veut que ce soit plutôt des stèles ou des

plaques commémoratives qui soient attribuées aux victimes et non des rues ou des places. Et donc, si l’on se réfère non seulement à notre coutume mais aussi à l’approche islamiste du martyr, nous devons comprendre que l’hommage à une victime musulmane est aussi un hommage à la cause islamiste qui aurait un sens et apporterait quelque chose à l’humanité. La barbarie n’a justement pas de sens, il n’y a aucun martyr résultant de lâches assassinats. Scinder les victimes entre musulmans et non-musulmans comme l’a fait la bourgmestre de Molenbeek est non seulement une faute mais en plus une approche sectaire (certains diraient

raciste si c’était la race qui était en cause et non la religion) aux relents nauséabonds. Une stèle en hommage aux victimes eût été préférable à cette agitation préélectorale de mauvais goût.

Hommage émouvant aux victimes par les Brigandes

Pour toi Léana, pas de chanson à l’Eurovision, chantent les Brigandes et invoquent la raison d’Etat. « Lorsque le camion halal a perdu les pédales  promenade des Anglais un 14 juillet. Une centaine d’ames en peine de la bouillie humaine. On préfère se taire sur la vision d’enfer. Les chrétiens innocents qui baignent dans leur sang c’est pas le scoop à la mode chez les démagogues « . Par des phrases justes, ces étonnantes jeunes femmes nous émeuvent mais aussi donnent une formidable leçon à tous ces démagogues, qu’ils soient politiciens ou journalistes

Note

Léana est une jeune victime française de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice

Illustration

La police de la charia qui existe à Hambourg n’existe pas (encore) à Molenbeek. Un tribunal de la charia est établi à Anvers. L’illustration ne fait que montrer ce que pourrait devenir Molenbeek si aucune mesure n’est prise et si l’islamisation de la commune continue

Les Territoires perdus du Royaume de Belgique : article précédent

Les Territoires perdus du Royaume de Belgique : article suivant