La dictature technocratique européenne nous annonçait l’Europe du plein-emploi, l’Europe de la prospérité tant économique que sociale, l’Europe de la paix. Nous avons l’Europe du chômage, de l’austérité et des jobs précaires ou ubérisés, des attentats et de la guerre. Le double langage des politiciens corrompus ne convainc plus que les bisounours et les bobos décalés qui s’accrochent à leur pitance d’esclave comme un naufragé à sa bouée. 

Ce drapeau européen qui nous fait honte

La civilisation européenne est judéo-chrétienne et issue du monde gréco-romain. Le drapeau européen qui s’inspire des fresques de la Vierge Marie entourée de douze étoiles en dénie cependant l’élément central à savoir la chrétienté et son apport civilisationnel. La signification du drapeau européen est donc bien celui d’un monde où on a expurgé la civilisation judéo-chrétienne qui en est cependant le fondement. Nul doute que les libres-penseurs qui ont conçu cette «serpillère européenne», chiffon infâme qui devrait nous servir d’oriflamme, qu’ils soient maçons ou shriners musulmans, avaient bien pour but de détruire tout ce qui, de près ou de loin, rappelait la construction d’un paradis sur Terre pour au contraire défendre celui d’un Enfer où tous les hommes seraient esclaves d’un système oligarchique totalitaire. Le fait de retirer d’un drapeau ce qui symbolise l’amour d’une mère pour son enfant est la caractéristique de cette Europe-là dont les citoyens ne veulent plus, celle d’un monde déshumanisé fait de robots et d’esclaves et pour lequel toute empathie et tout sentiment serait exclu, celle de l’Europe des lobbies aux ordres de grands groupes financiers qui ne reculent devant aucune malversation.

J’invite d’ailleurs tout citoyen habitant en Europe à apposer à sa fenêtre le drapeau de Marie entourée par douze étoiles chaque fois qu’il y aura une journée de l’Europe, pour bien montrer que cette Europe-là, on n’en veut pas. J’invite également tout citoyen à contester devant les tribunaux l’usage illégal de la «serpillère européenne» fallacieusement appelée drapeau aux côtés du drapeau national. Cette Europe-là n’a pas d’existence légale, ce n’est pas un état, c’est une usurpation initiée par les loges maçonniques satanistes pour détruire la chrétienté et la civilisation. Une fois le chaos établi, ils pourront installer leur dictature. Ordo ab chaos est leur devise, l’Ordre après le chaos, voilà leur projet.

Le projet Eurislam

L’islamisation de l’Europe ou projet Eurislam a déjà commencé dans les cerveaux malades des technocrates européens. Ce qu’ils projettent de faire n’est rien moins que l’instauration d’une dictature théocratique musulmane en Europe sur le modèle iranien ou saoudien. Si nous ne les empêchons pas rapidement d’agir, ce sera la fin de nos libertés et la guerre civile. Le projet Eurislam est celui des soumis ou des laquais des sectes Shriners qui veulent islamiser l’Europe, par l’infiltration et la soumission ou par la guerre.

La directive Bolkenstein et les travailleurs détachés

On touche là un des sommets de l’ignominie européenne. La poudre aux yeux de la

prospérité européenne pour tous a été remplacée par l’appropriation des richesses par quelques-uns et l’appauvrissement généralisé pour tous les autres. Si vous n’êtes pas fainéant spéculateur, vous n’avez aucune chance d’améliorer vos revenus. Le travailleur indépendant n’a aucune chance face aux multinationales. Dans le meilleur des cas, il maintiendra son niveau de vie. A l’école, on nous apprend à ne pas tricher. Dans le Monopoly géant que constitue l’économie mondiale, c’est le tricheur qui gagne. Au plus tu es salaud, au plus tu gagnes du blé. Au plus tu exploites de pauvres travailleurs en leur donnant des salaires de misère, au plus ta caisse se remplit. Et des larbins de politiciens t’aideront même à ne plus payer d’impôt via les paradis fiscaux. Et sans compter les banques qui te donneront les algorithmes financiers, véritables martingales qui te permettront de gagner à tous les coups à la roulette financière que constitue la bourse. Ceux qui utilisent des martingales dans les casinos se font exclure. Mais pas dans la finance.

L’Europe de la malbouffe

Lorsqu’un producteur agricole vend ses produits de qualité et les expédie de Paris à

Marseille, il devra payer des taxes sur le diesel utilisé, une vignette routière, alors que le producteur de poulet chloré ou autre malbouffe ne paiera aucune taxe sur le kérosène, tant par bateau que par avion, et recevra même des subsides de cette même commission européenne s’il exporte ses produits et cela même à l’intérieur de l’union européenne. Alors pour une multinationale implantée dans tous les pays de l’union, il est plus intéressant d’exporter le même produit d’Espagne vers la France et de France vers l’Espagne que de vendre localement. Complètement absurde. Concurrence totalement déloyale organisée par les tyrans de la technocratie européenne.

Pourquoi les ministres européens sont-ils à ce point les larbins des lobbys pétroliers saoudiens et texans en détaxant le kérosène et en subsidiant les transports intra-européens complètement inutiles? Sont-ils grassement payés sur des comptes en Suisse ou sont-ils aux ordres de sociétés secrètes satanistes, de type francs-maçons Shriners?

L’Europe de la guerre

Ce ne sont pas les traités européens qui ont entraîné l’absence de conflit majeur au sein des membres de l’Union européenne, c’est le changement de statut de superpuissance à puissance moyenne pour la France, l’Angleterre et l’Allemagne qui furent en conflit durant la deuxième guerre mondiale, qui en est responsable. Les superpuissances d’aujourd’hui, les Etats-Unis, la Russie et la Chine se font une guerre économique sans merci. La guerre froide entre la Russie et les Etats-Unis a certes évité une troisième guerre mondiale mais elle marqua aussi le changement de statut des trois ex-superpuissances devenues puissances moyennes, qui ne rivalisaient donc plus pour la suprématie mondiale.

L’Europe de Hollande et Merkel, aux ordres de l’administration Obama-Clinton, a soutenu al-Qaïda en Syrie aux seules fins de faire baisser le prix du pétrole afin de déstabiliser économiquement la Russie de Poutine. Le soutien à Al-Qaîda a permis à Daesh de s’implanter et à écouler du pétrole bon marché. Le laisser-faire de l’administration Obama-Clinton dans le conflit syrien pendant des années ressemble plus à un calcul sordide qu’à une fainéantise ou une incompétence.

La ruine de la Grèce

Autre sommet de l’ignominie européenne, celui de la prétendue aide à la Grèce, qui en fait tient plus de la technique des naufrageurs. La Grèce, qui fut le berceau de notre civilisation, a été jalousée par les amateurs de bière munichoise qui ne peuvent plus utiliser les Divisions de Panzers et qui doivent se rabattre sur les moyens économiques pour mettre à genoux un peuple qu’ils jalousent. Ajoutons à cela que les destructeurs Shriners ou francs-maçons ne rêvent que de détruire le christianisme et toutes les origines de notre civilisation pour créer un monde d’esclaves à leurs bottes. Un Grec est un homme libre, un chrétien est un homme libre, un franc-maçon est un animal qui a un maître appelé Souverain Pontife. Historiquement, le seul Souverain Pontife connu est Albert Pike, le seul qui eût la prétention de répondre à l’Encyclique Humanum Genus [1] sans que son argumentation ne convainque l’humanité. Par ce geste, il a montré ce qu’il était, le maître des animaux francs-maçons et d’eux seuls.

Le CETA et la ruine annoncée de l’Europe

José Bové et François Dufour nous rappellent dans leur livre [2] que certaines hormones de synthèse utilisés dans la filière bovine sont cancérigènes (page 114), celles-là mêmes que l’Union Européenne a interdites un moment et s’apprête à faire revenir par le biais d’importations américaines (Etats-Unis, Canada, Argentine,…) liées au traité de libre-échange CETA.


Lorsque le président Trump annonce fièrement «America’s first», nous sommes étonnés par le silence assourdissant des technocrates et ministres européens. Aucun ne dit «Europa’s first». Difficile quand on pense «my pocket first». Aucun ne défend nos entreprise, aucun ne défend le commerce local et équitable (dans le sens d’un emploi justement rémunéré et non un sous-emploi ubérisé) mais bien la mondialisation oligarchiquement profitable. Ce que ces larbins nous ont concocté est donc bien une soumission aux puissances de l’argent et non une défense des intérêts des citoyens qui pourtant les ont élus. Il faudra s’en souvenir aux prochaines élections européennes de ne plus voter pour ces larbins.

Références

[1] Humanum Genus, Encyclique du pape Léon XIII, disponible en pdf en version française et latine sur le web

[2] Le monde n’est pas une marchandise, José Bové et François Dufour, Editions La

Découverte, Paris, 2000

Les médiamensonges : article précédent

Les médiamensonges : premier article