Les complotistes voient des complots partout, les anti-complotistes n’en voient nulle part. Jules César ne s’est pas empalé tout seul et administré 43 coups de couteau. En analysant la situation, nous constatons que certains agitateurs distillent savamment les rumeurs les plus folles afin de discréditer les complotistes et faire croire qu’il n’y a aucun complot, aucune conjuration. La technique du contre-feu à des fins de désinformation.

La conjonction d’intérêts

Point n’est besoin d’imaginer des actions souterraines là où il y a conjonction d’intérêts et où le laisser-faire remplace l’action. Pourquoi agir si d’autres agissent à votre place et dans le sens de vos intérêts?

Les disciples de Richard Coudenhove Kalergi souhaitent l’extinction de la race blanche en Europe, l’arrivée d’une race unique négroïde eurasienne, et la fin du christianisme. L’élite financière auto-proclamée défend l’immigration massive de populations africaines sous-qualifiées en Europe de manière à ubériser l’économie tout en oeuvrant au remplacement d’une religion chrétienne pacifique par la version la plus totalitaire de l’islam radical de manière à mieux pouvoir asservir les nouveaux esclaves d’une société ultra-libérale despotique. Les larbins de politiciens n’osant pas aller à l’encontre de ceux qui ont financé ou médiatisé leurs campagnes électorales, servent en fait leurs intérêts.

Et donc pour des raisons différentes, des gens agissent de concert sans qu’il ne soit besoin d’imaginer un complot. Seule la conjonction d’intérêts opère, ce qui peut donner l’illusion de l’existence d’un complot.

Le contre-feu à des fins de désinformation

Ceux qui laissent faire les acteurs économiques n’en sont pas pour autant inactifs. Le soutien des disciples de Kalergi à l’immigration massive en Europe, à l’ubérisation de l’économie et à l’islamisation de la société se fait sur un autre plan, celui des média et de la désinformation organisée. Cette action se fait sur trois niveaux.

Premièrement, l’infiltration de sociétés secrètes est telle qu’elles peuvent non seulement inoculer les rumeurs les plus folles parmi les adeptes de la théorie du complot mais aussi maîtriser les média de désinformation.

Deuxièmement, les racistes anti-blanc fans de Kalergi vont ridiculiser les complotistes de manière à faire croire «qu’il n’y a aucun complot». C’est ce que l’on appelle le «complot du Y a pas de complot».

Troisièmement, ces mêmes disciples lucifériens vont entreprendre un extraordinaire déni de réalité en niant, censurant, omettant volontairement de parler, bref en faisant oeuvre de propagande au profit d’une élite financière auto-proclamée qui ne rêve que d’un Ordre Nouveau Mondialisé. Quand on regarde le monde sous l’angle du pouvoir, on voit les différents acteurs s’organiser, les uns payant les autres pour arriver à leurs fins.

Ceux qui répandent les idées complotistes les plus folles

* Lorsque Bernard-Henri Lévy [1], qui appartient à la secte maçonnique des B’naï B’rith, laisse apparaître son point de vue selon lequel il existerait des commanditaires occidentaux de l’ assassinat de Daniel Pearl, il inocule dans la sphère complotiste le venin du complot organisé que d’autres se chargeront de discréditer. Or rien ne prouve l’existence de commanditaires. L’hypothèse du «singe laveur de patates» peut tout aussi bien expliquer l’essaimage des actions terroristes sans qu’il n’y ait de commanditaires.

* Lorsque Thierry Meyssan , journaliste et membre du Réseau Voltaire (rappelons que Voltaire est non seulement franc-maçon mais qui plus est fait véritablement figure d’icône de la franc-maçonnerie puisqu’il fut membre de deux loges d’obédience différentes) parle de «l’action concertée d’une cinquième colonne au sein de l’establishment militaire américain» [2] pour expliquer les attentats du 11 septembre 2001, on se rend compte que la vision paranoïaque qu’il en donne dessert plus sa cause qu’elle ne la défend. Par contre la présentation des faits façon thriller ou policier fait vendre des ouvrages.

* Mennel Ibtissem, candidate voilée de The Voice (France), choqua l’opinion publique par sa non-condamnation des attentats terroristes en France. Mais ses tweets sont aussi révélateurs d’une certaine imprégnation d’idées complotistes. Lorsqu’elle accuse le gouvernement français «d’être les véritables terroristes», non seulement elle exonère les assassins de leurs responsabilité mais de plus sous-entend soit que la cause du terrorisme serait sociale et que l’inaction du gouvernement dans les banlieues justifierait pareil crime, soit que le gouvernement français serait le commanditaire des attentats. L’incompétence ou la conjonction d’intérêts explique plus facilement une succession d’événements que des hypothèses complotistes alambiquées.

Ridiculiser les thèses complotistes a un but

En ridiculisant les thèses complotistes, le citoyen lambda va être entraîné à croire qu’il n’y a aucune conjuration, aucune machination destinée à obtenir le pouvoir. A croire aussi que les sociétés secrètes ne sont que des clubs philosophiques où des bourgeois en mal de reconnaissance peuvent mettre en valeur leur ego surdimensionné. C’est justement oublier que ces sociétés secrètes ne sont secrètes que pour manoeuvrer en vue d’obtenir le pouvoir (Ordo ab Chaos, devise maçonnique qui indique le modus operandi de d’abord créer le chaos pour ensuite instaurer l’ordre absolu ou dictature). La franc-maçonnerie ne cache pas qu’elle veut en quelque sorte créer un «état dans l’état» ,  véritable creuset destiné à répandre les idées maçonniques. Le scandale du Siècle en France a montré que la préparation des lois et autres arrêtés d’exécution se faisait d’abord dans les

loges avant de se faire à l’Assemblée Nationale, qui n’est plus alors qu’une chambre

d’entérinement de la secte qui tire les ficelles par le biais de ses subordonnés. Et pire encore que les valets économiques et médiatiques étaient aux ordres de la secte.

Le déni de réalité

Les migrants seraient tous des «médecins et des avocats» a-t-on entendu sur les antennes de Bertelsman-Bel-Rtl (et sans doute ailleurs) alors qu’en réalité les migrants sous-qualifiés sont importés de manière à faire pression à la baisse sur les emplois et à remplacer des emplois normaux par des contrats Hartz IV, flexi-jobs et autres contrats précaires ubérisés. Ces migrants seraient «tous en danger» alors qu’ils représentent un danger pour la société, viols, agressions et attentats étant le résultat de leur présence massive. Ils seraient «tous une aubaine pour la sécurité sociale» alors que leur sous-qualification les dirigent tout droit vers l’argent facile des allocations de chômage ou des trafics mafieux en tout genre. Ce n’est pas

la sauvegarde de la sécurité sociale qui est programmée mais sa ruine afin de la remplacer par des assurances privées beaucoup plus onéreuses. Seule la remigration peut sauver la sécurité sociale.

Une resucée du «Dîner de cons»

Dans le célèbre film «Le dîner de cons», le personnage joué par Thierry Lhermite discute avec le personnage joué par Villeret qui lui conseille d’inviter son collègue inspecteur des impôts (joué par Daniel Prévost) de manière à coincer l’amant de sa femme. Ce qu’il fit. A ce moment, Villeret lui annonce que son collègue n’a pas son pareil pour dénicher de la fraude fiscale. Blême!

De le même manière, ceux qui font venir en Europe des migrants afin d’en tirer profit économiquement semblent oublier que parmi eux il y a des djihadistes. Qui demain considèreront que ceux qui les ont aidés sont des concurrents pour l’exercice du pouvoir et n’auront aucune gêne à les éliminer. Ca c’est vraiment con.

Illustration

Les grands complots de l’histoire de France [4] illustre à merveille l’article. Il y a toujours eu des conjurations. Ceux qui répandent les théories les plus fantaisistes pour les ridiculiser ensuite veulent justement faire croire qu’il n’y a aucun complot

Références

[1] Bernard-Henri Lévy, Qui a tué Daniel Pearl?

[2] Thierry Meyssan, L’effroyable imposture

[3] Pascal Froissart, La rumeur, Belin

[4] Renaud Thomazo, Les grands Complots de l’Histoire de France, Larousse


Les ruses du serpent : article précédent

Les ruses du serpent : article suivant