Toutes les ignominies sont bonnes pour faire croire qu’un spéculateur qui se dit philanthrope agirait pour le bien de l’humanité. Ces oligarques qui ont bâti leur empire sur la misère des gens ne peuvent en aucune façon être qualifiés de philanthrope. George Soros, dont les ONG financent les migrations, en est l’exemple type

Comment on falsifie une photo

L’exemple qui nous est donné ici nous montre bien la prise de vue en studio et puis l’impression d’un arrière-plan. Ces images sont donc trafiquées dans le but de susciter l’émotion là où il devrait y avoir un dégoût profond devant le trafic ignoble d’êtres humains. Certains politiciens ne se cachent même plus, comme en Espagne, et affirment vouloir naturaliser très vite les nouveaux arrivants afin d’avoir leurs voix. Ignoble

Les transpondeurs débranchés dans les bateaux des trafiquants

Les trafiquants débranchent leurs transpondeurs pour éviter d’être localisés et les ONG qui prétendent « venir en aide » aux migrants ne sont que les complices d’un vaste réseau de trafic d’êtres humains. Débrancher un transpondeur est un acte de piraterie. Juridiquement un état souverain est en droit de torpiller un navire pirate qui entre illégalement dans ses eaux en refusant de se signaler.

Confisquer les passeports de passagers, fussent-ils clandestins, ce n’est pas de l’aide humanitaire, c’est du trafic. Inciter des clandestins à déchirer leurs passeports pour pouvoir bénéficier de manière illégitime à l’aide sociale, c’est de la fraude et de l’incitation au non-respect des lois. Que deviendront ces migrants une fois installés en Europe? Des assistés sociaux ne trouvant aucun emploi et qui plomberont les finances de la sécu au point de la voir disparaître ou s’effilocher grandement. Des mafiosi, des membres de milices privés, des terroristes, des violeurs, des esclaves sexuels pour membres de l’ONU ou d’ ONG ou des des bambous d’ébène pour parties fines européennes … Une « chance pour l’Europe » disent les satanistes de sociétés secrètes qui pratiquent le double langage

Le jeu de pouvoir

D’abord créer le désordre, et puis instaurer la dictature. Ordo ab Chaos (l’ordre après le chaos) est la devise maçonnique que semble suivre à la lettre George Soros et ses ONG prétendûment humanitaires. Importer des fauteurs de trouble en vue de créer le chaos dans les pays où les migrants arrivent, ce n’est pas une aide humanitaire. C’est l’organisation et la planification d’une révolution ou d’une guerre civile. Dan Simmons, dans son ouvrage L’échiquier du Mal avait très bien analysé les jeux de pouvoir auquel se livrent les oligarques, petite caste d’individus ayant le pouvoir. C’est un jeu et le cynisme règne en maître. Et la réalité dépasse souvent la fiction

Les manipulations médiatiques : article précédent

Les manipulations médiatiques : article suivant