« C’est honteux que les démocrates et les médias exploitent la photo de cette petite fille pour faire avancer leur agenda. Elle n’a jamais été séparée de sa mère. » nous assure Sarah Sanders du service officiel de la Maison Blanche.

Les campagnes de haine envers un des meilleurs présidents que les Etats-Unis aient connu atteint l’acmé de l’immonde. Que ne feraient pas tous ces salauds de journaleux au service de la gauchosphère corrompue pour faciliter l’immigration massive et incontrôlée et tout son cortège d’horreurs : trafic de drogue, d’armes, d’êtres humains, viols collectifs, criminalité, attentats, islamisation, ubérisation, paupérisation. Et ces salauds d’insulter un président qui défend sa patrie contre les délocalisations, qui dit « America’s first » là où d’autres disent « my pocket first » (et le reste ils s’en foutent). La technocratie bruxelloise défend très bien les intérêts des lobbys pétroliers, de la Chine, de l’Inde, du  Brésil, … mais jamais les intérêts des Européens.

D’autres fausses photos

Dans un long article Europe 1 analyse le phénomène mensonger et manipulateur de trois photos fausses destinées à émouvoir et à récolter des fonds pour l’immigration illégale. La manipulation dans toute son horreur. En Europe, le trafic d’êtres humains concerne les bambous d’ébène, aux Etats-Unis des dealers de cocaïne.

La défense de la crapule

Pauvre délinquant, pauvre prisonnier, nous disent constamment les médias de désinformation aux service de la finance. C’est drôle comme ces salauds défendent toujours l’immonde, le voyou ou la crapule et jamais les réelles victimes. Quand on sait que la délinquance augmente le PIB, on comprend pourquoi.

La corruption dans les rangs démocrates

Cette affaire apparaît comme par hasard à un moment où l’activité judiciaire bat son plein aux Etats-Unis et concerne justement la corruption démocrate. Les anciens numéros 1 et 2 du FBI sont entendus en ce moment par la justice pour non-respect de la loi et pour avoir tenté de couvrir (cover-up) les activités illégales d’Hillary Clinton. Il faut savoir que le FBI était tenu d’informer l’opinion publique américaine du maintien de l’inculpation d’Hillary Clinton dans l’affaire des courriels privés du département d’état (la loi américaine oblige les secrétaires d’état à n’utiliser que des courriels officiels pour les affaires qu’ils traitent, les courriels privés sont interdits pour les affaires d’état et cela pour des raisons de transparence)

Les manipulations médiatiques : article précédent

Les manipulations médiatiques : article suivant