Quel ne fut pas l’étonnement de nombreux bénévoles, prêts à aider des réfugiés de guerre dans le besoin, de constater qu’une grande majorité de syriens migrants était constitué d’hommes seuls ayant abandonné au pays femmes et enfants. Un authentique réfugié de guerre n’abandonne pas femmes et enfants. Un déserteur oui ! Toutes ces informations ont été intentionnellement occultées par les médias officiels qui par contre nous assurent «qu’il n’y a que des médecins et des avocats parmi les migrants», nous prenant véritablement pour des billes.

Toute cette désinformation n’a évidemment qu’un seul but : occulter la responsabilité politique de ce fiasco. La politique du gouvernement Obama-Clinton, soutenue par Merkel et Hollande, a été de soutenir les islamistes d’Al-Qaïda contre le régime de Bachar-el-Assad, entraînant la Syrie dans une guerre civile particulièrement meurtrière, et permettant ainsi à Daesh de se financer via les ressources pétrolières.

Les médias dépendants ont également passé sous silence le fait que ces déserteurs syriens, privés de femmes, se sont véritablement jetés sur les femmes européennes, tels des animaux en rut, lors des viols collectifs de Cologne et Zurich. Ils ont également passé sous silence les versets coraniques qui n’invitent pas au respect des femmes tel «Traite ta femme comme un champ de labour». Pour atténuer l’émoi de l’opinion publique, les menteurs médiatiques nous ont dit que «ce n’étaient pas les syriens les violeurs mais des immigrés de deuxième ou

troisième génération», avouant ainsi publiquement l’échec des politiques migratoires.

En désinformant volontairement sur la nature réelle de la majorité des migrants syriens, les médias officiels nous ont caché que ces «soit-disant pauvres syriens» étaient en réalité des traîtres à leur patrie qui refusaient, par proximité de pensée avec les djihadistes, de combattre Daesh et de sauver leur pays. Le droit international autorise à extrader les déserteurs. Les Merkel, Hollande, Obama et Clinton n’ont pas choisi cette option parce qu’ils voulaient la chute du régime Assad pour le livrer à Daesh, fournisseur de pétrole bon marché.

Pendant que les déserteurs syriens fuyaient «courageusement» leur pays, Reem Hassan mourrait assassinée par les terroristes de Daesh 

Le fiasco actuel n’est pas le fruit du hasard, il est le fruit d’une politique délibérée.

Les médiamensonges : article précédent

Les médiamensonges : article suivant