Une réouverture prometteuse.

En 2008, un restaurant naît à Lausanne, au niveau des Portes Saint-François, le « Citadin ». Il propose essentiellement des pâtisseries, d’une bonne qualité gustative, mais avec des prix élevés. Ne rencontrant pas le succès espéré, il finit par fermer ses portes. Ce qui aurait pu être la triste fin d’une aventure entrepreneuriale connaît cependant un rebondissement inespéré, en septembre dernier, grâce à la détermination d’un investisseur – par ailleurs amoureux de la bonne cuisine – Jürg Stäubli. Celui-ci a en effet déjà financé plusieurs projets de restauration, ayant rencontré le succès, et l’une de ses qualités indéniables consiste à savoir de qui s’entourer.

Un « trio » de personnages-clés pour le renouveau du Citadin.

En effet, pour que le redémarrage d’un restaurant soit viable, il est tout d’abord nécessaire de récolter assez de fonds, et Jürg Stäubli s’est donc associé avec un autre investisseur, partageant son appétence pour la restauration, Olivier Gétaz, pour créer la société Citadin Concept Food SA. Le fils de ce dernier, Guillaume Gétaz, prend quant à lui les rennes du restaurant au quotidien, car ce jeune diplômé de la prestigieuse Ecole hôtelière de Lausanne possède non seulement les compétences spécifiques pour remplir ce rôle, mais également la motivation et l’ambition suffisante. Ce sont ces deux qualités qui ont convaincu Jürg Stäubli qu’il tenait la bonne personne pour mener à bien la réouverture du restaurant « Citadin ».

Un restaurant qui appelle d’autres ouvertures, au travers d’un concept abouti.

En outre, si l’appellation de la société fondée par Olivier Gétaz et Jürg Stäubli contient la notion de « concept », cela s’explique par leur volonté commune de gérer à terme une chaîne de restaurants, s’articulant autour d’un même principe de fonctionnement. Par conséquent, l’ouverture prochaine de plusieurs autres « Citadin » est probable – mais toujours uniquement en Suisse, au moins pour le court terme. Le concept en question repose sur une épicerie fine, proposant des produits issus de chefs étoilés, réalisés par l’un des meilleurs traiteurs du pays, ainsi que des pâtisseries, et des plats tout prêts pour être emportés facilement par les clients. Quant au positionnement tarifaire, il se veut compétitif, et cela se vérifie aisément; en effet, les prix affichés par le nouveau Citadin sont inférieurs à ceux du restaurant qui lui a précédé, pour une qualité encore supérieure. De fait, au travers des chefs retenus – notamment par Jürg Stäubli – ce ne sont pas moins de 6 étoiles au Guide Michelin qui sont représentées, en cumul, dans l’offre du Citadin. A titre d’exemple, vous pourrez retrouver dans ce restaurant – en exclusivité à Lausanne – les productions de Benoît Violier, ainsi que de Philippe Chevrier et Edgard Bovier.

Un renouveau fort en émotions pour Jürg Stäubli.

Enfin, le renouveau du Citadin revêt une consonance émotionnelle particulière pour Jürg Stäubli, ainsi que le traiteur RSH. En effet, ce restaurant est l’aboutissement concret d’une réflexion née entre Philippe Rochat, l’un des fondateurs de RSH – décédé avant d’avoir pu assister à l’ouverture du restaurant – et Jürg Stäubli lui-même. Gageons que l’expérience de ce dernier, de son partenaire, et du fils de ce dernier, permettront au Citadin – et, plus largement, à la société Citadin Concept Food SA – de rencontrer le succès. Il est d’ores et déjà prévu d’élargir la plage d’ouverture à l’après-midi et au dîner, alors qu’elle est actuellement limitée au matin et au déjeuner. Enfin, le site Internet du Citadin devrait gérer sous peu les commandes en ligne.