Ce printemps, le Musée Jenisch Vevey donne une carte blanche à l’artiste allemande Ulla von Brandenburg (*1974). Plus connue pour ses films et ses installations que pour ses dessins, l’artiste fait cette fois la part belle à cet aspect moins visible de son travail. Collages, grands dessins aquarelles et découpures en ombres chinoises seront ainsi intégrés à une vaste installation, créée tout spécialement pour Vevey, en hommage à la fondatrice du musée Fanny Jenisch. Ou quand l’espace d’exposition se transforme en friche théâtrale, en atelier ou en cabinet de curiosités.

L’exposition
L’exposition réunit quelques 80 dessins dont une cinquantaine a été réalisée par l’artiste spécialement pour sa carte blanche veveysanne. Les autres proviennent des fonds du musée, de la Collection d’art Nestlé déposée au musée, du Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Genève (FMAC), et de collections particulières. Ulla von Brandenburg a également produit un film inédit en hommage à Fanny Jenisch (1801-1881), réalisé à la Jenisch Haus de Hambourg. La fondatrice du musée de Vevey a été le point de départ du projet. Elle a constitué une source d’inspiration pour l’artiste, qui partage avec Fanny Jenisch un lien étroit avec cette ville du Nord de l’Allemagne, où elle a fait ses premiers pas dans le monde de l’art.

Pour A Color Notation, les dessins sont intégrés à une scénographie qui transfigure radicalement les espaces d’exposition. Ceux-ci sont habillés de tentures colorées et mettent ainsi à l’honneur la fascination de l’artiste pour l’âge baroque.

Les espaces sont répartis en six sections thématiques, auxquelles correspond à chaque fois une couleur différente.

Le dessin d’Ulla von Brandenburg

Le dessin occupe une place fondamentale dans le travail d’Ulla von Brandenburg. Il est le lieu de la mise en œuvre des idées, espace de récupération ou de libération. L’artiste travaille avec des papiers récupérés (des anciennes cartes géographiques, des pages vierges de vieux livres trouvés à la brocante) qu’elle assemble ensuite pour former des grands patchworks jaunis.

Le papier est ainsi parfois traité comme un tissu (récupéré lui aussi). Il est cousu, plié, collé ou teinté. Il constitue déjà une présence matérielle forte. L’artiste intervient ensuite sur le support avec des formes découpées et collées qui forment des grands théâtres d’ombres où se déroulent des rituels inquiétants. Les thèmes abordés sont ceux du carnaval ou des traditions populaires, qui rappellent que la vie est un grand théâtre social dans lequel chacun est tenu de jouer un rôle.

Pour ses grandes aquarelles, Ulla von Brandenburg agit directement sans dessin préparatoire, comme lors d’une performance.
Les coulures et les imperfections sont alors le signe d’une perte de contrôle délibérée et d’une libération du geste. Les formats présentent les personnages à échelle humaine, dans le but de susciter un effet de miroir avec le spectateur et une confrontation matérielle à l’œuvre. Dans les deux cas, les personnages ont une présence fantomatique ou l’apparence de revenants.

Pour constituer son répertoire, l’artiste collectionne des images trouvées. Elle renouvelle leur mise en contexte en les intégrant dans ses œuvres. Elle convoque ainsi les figures du passé pour en faire les témoins du monde contemporain, affirmant de la sorte que les problématiques de la société actuelle prennent leurs racines dans celles du passé.

Le montreur d’ours I, 2016. Aquarelle sur papier ancien, 153 x 123 cm Collection particulière © Ulla von Brandenburg. Photo Claire Dorn
Informations pratiques

Dates de l’exposition: Du 9 mars au 27 mai 2018
Vernissage: Jeudi 8 mars à 18h30

Télécharger le dossier de presse

Contacts
Julie Enckell Julliard, commissaire de l’exposition jenckell@yahoo.fr
T 077 433 59 63
Stéphanie Serra, conservatrice adjointe Art contemporain sserra@museejenisch.ch
T 021 925 35 19/20
Fabienne Aellen, responsable presse et communication faellen@museejenisch.ch
T 021 925 35 18/20