Il y a des lundis, ce n’est pas simple de trouver des choses à raconter, sachant que la moitié de la planète finance s’arrête pendant le week-end, mais quand c’est le week-end APRÈS le long week-end de Thanksgiving, c’est encore pire.

Nous allons donc essayer de faire simple.

Petite revue de là où nous sommes, ce que nous attendons et là où nous allons.

Tout d’abord, la fin de semaine aura été, comme prévu, plutôt calme. Enfin, plutôt calme en Europe et aux USA, parce que pour ce qui est de la Chine, c’est plutôt l’inverse. Vendredi les autorités ont fait «sauter» un réseau bancaire «underground» qui opérait des milliards de dollars «hors des circuits traditionnels». Du coup, il y a des brokers qui sont suspendus, des opérations qui sont en attente et des communiqués de presse tous azimuts de la part des banques pour dire qu’en tous les cas; «elles, elles n’y sont pour rien». Comme d’habitude, c’est une constante mondiale: une banque n’est jamais coupable jusqu’à qu’elle ait payé l’amende, mais seulement APRÈS que le management ait touché son chèque.

Bref, c’est à nouveau la panique en Chine, mais cette fois ce n’est pas à cause de l’économie. Vendredi passé, il y a donc des financières chinoises qui se sont faites littéralement défenestrer et le marché a terminé assez mal en point. Ça continue d’ailleurs de baisser ce matin.

La bonne nouvelle, c’est que comme personne n’était vraiment au bureau vendredi, les marchés occidentaux n’ont pas vraiment réagi. Les USA terminaient leur demi-session quasiment inchangés et les Européens étaient péniblement en terrain négatif.

Aux USA on a surtout regardé les chiffres des ventes du «Black Friday» – qui, cette année a d’ailleurs dépassé les frontières, puisque même en Europe on parle du «Black Friday». On n’a pas Thanksgiving, on a acheté Halloween il y a quelques années, là on s’implique comme des fous dans le «Black Friday», il n’est pas impossible que d’ici 2 ans, la fête de Thanksgiving devienne obligatoire en Suisse (ce qui rendra heureux les fonctionnaires et les profs, ça fera toujours un jour de moins à travailler, par contre, c’est ballot on ne pourra pas faire la grève le jeudi de Thanksgiving – on ne fait pas la grève les jours fériés, question de principe).

Bref, les ventes du «Black Friday» DANS les magasins n’étaient «pas terribles» en revanche, sur le net, il semblerait que c’était en hausse de plus de 20% par rapport à l’an passé. Il est vrai qu’entre aller se faire taper dessus par une cliente ou un client en furie dans les magasins pour acheter une centrifugeuse à jus de fruits qui va rester au fond de l’armoire jusqu’à qu’on la jette ou que l’on devienne vegan – ce qui fait qu’il y a plus de chances de la voir finir à la poubelle, ou se la commander sur le net et se la faire livrer par drône, le choix est vite fait.

Pourtant les titres du secteur retail n’ont pas bronché vendredi, le peu de monde qui peuplait les salles de trading ce vendredi ont principalement tapé sur les pétrolières.

Autrement en Europe, Infineon était en hausse de 4% après un upgrade du Crédit Suisse, Banca Monte Paschi est rentré dans les cases après que la BCE ait fait son enquête sur les capitaux propres de la banque italienne. Et puis pour le reste, on a surtout attendu le week-end en tapant sur l’or est qui est au plus bas depuis je-ne-sais-plus-combien-de-temps et qui termine aussi sa sixième semaine de baisse consécutive.

L’or n’a jamais été aussi déprimé que depuis que tout le monde a pensé qu’il allait enfin exploser – il y a six semaines en arrière. Le plus bas de ces derniers jours est à 1’052$ et ce matin le métal jaune est à 1’055$.

Le pétrole a tenté un rebond la semaine passée et ce matin il est sous les 42$, regardant plus en direction des 40$ que des 300$ que nous avait promis Goldman Sachs au printemps 2008. Que ce soit sur l’or, sur le pétrole ou sur le reste des matières premières, la dépression nous guette. Et déjà que le secteur est mal en point, ce n’est pas la force d’un dollar sous amphétamines qui nous aide à compenser. L’euro/dollar est donc officiellement passé sous les 1,06 en fin de semaine et il prend gentiment mais sûrement la direction des 1,045, qui correspond au dernier rempart technique avant la parité.

Actuellement, nous ne sommes plus allés aussi bas depuis début 2003. Si, si, en 2003, on traitait déjà de l’euro/$ – ça peut paraître la préhistoire, mais c’était seulement il y a 13 ans et à l’époque je croyais encore que nous étions tous égaux dans les marchés financiers.

Ce matin c’est tout rouge en Asie, la Chine continue en mode déprime, arrestations et dépression, l’indice est en baisse de 1,8%. A Hong Kong c’est plus calme et on recule de 0,24%. Le nikkei, quant à lui, abandonne 0,66%.

Pour les nouvelles du moment ou les nouvelles qui vont nous préoccuper cette semaine; cela se résume en un mot: NFP – autrement dit: Non Farm Payrolls. En fin de semaine les brillants comptables du gouvernement US vont nous annoncer combien d’emplois ont été créés aux USA durant le mois de novembre, en espérant qu’ils n’ont oublié personne (ou rajouté personne) en calculant avec leur boulier.

Soit le marché monte parce que «monter les taux c’est cool» parce que ça veut dire que l’économie va TROOOOP bien et qui si l’économie va TROOOP bien, c’est bon pour les actions et ensuite il faudra déterminer à quel moment la hausse des taux est vraiment trop forte pour les actions qui je le rappelle – EN THÉORIE – ne sont jamais favorisées par la hausse des taux.

Ou alors, autre solution, on décide que la hausse des taux c’est pas bien et on commence à corriger, mais à partir de quand et jusqu’à où?

Finalement, ce qui nous sauve peut-être – en ce qui concerne la bourse – c’est que l’obligataire est profondément déprimant en ce moment et que tant que l’on paiera des intérêts négatifs à certains débiteurs, il n’y a aucun intérêt à acheter des obligations, reste donc plus qu’à acheter des actions.

En conclusion, vivons au jour le jour et on verra bien ce qui se passe ces prochaines semaines.

Ce matin dans le Barrons on nous donne 6 noms: Seagate, Garmin, Qualcomm, Hewlett Pacard, IBM et Western Digital. Ce sont 6 titres considérés comme «technos» donc, à la mode, et qui paient des dividendes avec des rendement jusqu’à 7,3% – en ce qui concerne Seagate.

Côté chiffres économiques, nous aurons les retail sales en Allemagne et en Espagne, les chiffres du KOF en Suisse, le CPI allemand et italien et le Chicago PMI.

Pour le moment les futures sont en baisse de 0,15% un peu partout. L’euro/dollar est à 1,0589, le yen vaut 122,72, le bitcoin s’échange à 372$, le rendement du 10 ans est à 2,23% – il a rebaissé de 0,07% depuis les derniers chiffres de l’emploi, il devrait remonter vendredi quand on l’aura rassuré.

Du côté de chez nous, l’euro/suisse est à 1,0916 – on frise l’euphorie et encore une fois, 1,08 doit être une zone d’achat quelque part dans les rues de la Bahnhofstrasse et le dollar/suisse explose à 1,0309.

Voilà… c’est tout pour ce lundi de reprise et dernier lundi de novembre. Que votre journée soit belle.

Thomas Veillet, Investir.ch

«Bien sûr, je suis un pur et absolu démocrate. […] Depuis la mort du Mahatma Gandhi, je n’ai plus personne à qui parler.» – Vladimir Poutine