Il faut démaçonniser la société

Notre société ne va pas bien. D’un côté, un juge libéral ordonne la garde à vue pendant 5 heures d’une septuagénaire dont le seul tort a été de brandir un exemplaire de Valeurs actuelles lors d’une commémoration du 11 novembre. De l’autre, un juge libéral ordonne la libération immédiate d’un criminel djihadiste qui quelques heurs plus tard assassine à Marseille deux innocentes jeunes femmes. Selon Résistance Républicaine, journal web de réinformation, l’absence de contrôle au faciès de musulmans criant Walla Akbar est directement responsable de la mort de ces deux jeunes femmes.

Dans un cas comme dans l’autre, on aurait aimé connaître l’appartenance ou non à la secte maçonnique de ces deux juges. On aimerait aussi que des politiciens qui ont des couilles fassent voter une loi interdisant ces sectes ainsi que le bannissement de ses membres de toute fonction publique. La volonté de cette secte sataniste de former un état dans l’état a été suffisamment dénoncé que pour constituer une raison suffisante à son interdiction.

Le projet raciste du franc-maçon Richard Coudenhove Kalergi qui vise à créer une race unique négroïde eurasienne trouve malheureusement des adeptes aujourd’hui, maçons pour la plupart. Kalergi est un infâme raciste et la lecture de sa prose horripilante : il met sur un piedestal le nègre urbain qui aurait plusieurs âmes selon lui et dénigre le brave paysan blanc qui n’aurait qu’une seule âme et donc serait inférieur au nègre. Le racisme anti-blanc y trouve là son origine. Seul le journal Marianne a à ce jour condamné le racisme anti-blanc.

Il faut démaçonniser l’enseignement public

Avec l’arrivée du CETA et la concurrence des universités et collèges privés, l’enseignement public, déjà à court d’argent, risque la faillite pure et simple au point que certains politiciens s’en désintéressent complètement et n’essaient même plus de redresser la barre. Si l’on compare l’enseignement public d’aujourd’hui au même enseignement public d’il y a 40 ou 50 ans, force est de constater que c’est devenu pire encore.

Restaurer l’autorité défaillante.

Les Républicains tueurs de rois (Louis XVI et Louis XVII) dont le régime de Terreur est directement inspiré des loges maçonniques (Ordo ab Chaos) sont directement responsables du manque d’autorité puisque ce sont eux qui ont également abattu le symbole d’autorité que représentaient les rois. Comment s’étonner dès lors du manque d’autorité des professeurs dans l’enseignement officiel, l’enseignement officiel républicain étant le digne héritier des coupeurs de têtes révolutionnaires. La maçonnisation de l’enseignement est directement responsable de la défaillance de l’autorité car les sectes maçonniques font constamment référence à Fauste Socin, à l’origine du socianisme, révolutionnaire et personnage exécrant

l’autorité. Démaçonniser l’enseignement, c’est aussi rétablir l’autorité défaillante à tous les niveaux de notre société et ne plus admettre l’influence pernicieuse de ces porteurs de lumière qui ne sont pas des lumières (Conan Doyle in Le chien de Baskerville).

Supprimer le révisionnisme historique maçonnique

Démaçonniser l’enseignement, c’est d’abord supprimer le négationnisme maçonnique, relayé par des professeurs maçons, qui nient le génocide vendéen et minimise l’horreur de la Terreur révolutionnaire et des décapitations massives. L’assassinat de Louis XVI doit être présenté comme ce qu’il est, c’est-à-dire un crime de guerre qui a suivi une parodie de procès. Le roi Louis XVI n’était coupable d’aucun crime, il a été assassiné par les animaux francs-maçons Républicains qui ne voulaient plus qu’il puisse à nouveau monter sur le trône à la faveur d’une contre-révolution.

Supprimer le relativisme maçonnique et donner le goût de la réussite

Le relativisme maçonnique considère que toutes les choses sont égales. Pour eux un terroriste a la même valeur qu’un secouriste. Comment s’étonner dès lors qu’il y ait tant d’échecs dans l’enseignement puisque la réussite n’est plus mis en valeur dans l’enseignement républicain, le major de promotion ayant même valeur pour eux que le cancre.

Démaçonniser l’enseignement, c’est donner à nouveau le goût de la réussite.

Evacuer l’esprit de boutiquier

Le Tiers-Etat a tué l’aristocratie en 1789 et s’est accaparé des titres de noblesse sans en avoir ni la bravoure ni le mérite qui justifie le titre. Autrement dit, Monsieur Jourdain s’est affublé du titre de baron et a sombré dans le ridicule.

En mathématiques, les Monsieur Jourdain sortent leur mètre-ruban et mesurent des vecteurs. Ils mesureront bientôt les polynômes avec leur mètre-ruban. Et vous verrez qu’un jour ils «pèseront» des nombres.

Démaçonniser l’enseignement, c’est cesser de penser comme un boutiquier.

Restaurer les valeurs gréco-romaines

La diminution du nombre d’ heures de cours de latin et de grec dans l’enseignement secondaire (niveau collège et lycée) est directement imputable à l’influence maçonnique. Démaçonniser l’enseignement, c’est retrouver nos racines gréco-romaines.

Supprimer les actions lèche-babouches

Il faut interdire les actions pseudo-éducatives de firmes commerciales, comme Mattel qui lance sa première poupée Barbie voilée. Résistance républicaine, site de réinformation, dénonce une volonté démoniaque d’habituer les petites filles aux excès des islamistes. Verra-t-on un jour Ken et Hijarbie (nouveau nom de la Barbie voilée) en pleine séance de sodomie selon la stricte observation des corans. Le prohète musulman n’a-t-il pas répondu lorsqu’on l’interrogeait sur la sodomie : « Traite ta femme comme un champ de labour »? Nous trouvons cela révoltant, eux pas.

Supprimer l’enseignement de l’arabe

La ministre belge de l’enseignement francophone Martine Schijns, s’est mise en tête de promouvoir les cours d’arabe aux enfants de la communauté française de Belgique. Alors que la connaissance des langues internationales telles l’anglais ou le français est souvent très lacunaire parmi les étudiants belges, voilà que cette ministre veut promouvoir une langue qui n’a d’utilité que pour la négociation de prix du pétrole, et encore puisque dans la majorité des cas c’est l’anglais. Il faut savoir qu’en Belgique, l’ancien parti social-chrétien francophone a changé de nom et d’âme pour devenir humaniste et accueillir ainsi des islamistes (la négationniste Ozdemir fut d’ailleurs exclue pour avoir refusé de reconnaître le génocide arménien) et les francs-maçons. Après les cours d’arabe et la volonté d’islamisation des francs-maçons musulmans (Shriners), on peut craindre que l’utilisation des Hijarbies (poupées Barbie voilées) ne se fasse avec le mollah barbu Ken portant la djellabah qui lapidera Hijarbie si elle a le tort d’être infidèle. La barbarie enseignée dès l’école primaire.

Supprimer l’enseignement de l’arabe c’est mettre un point final à l’islamisation de l’enseignement voulu par les maçons musulmans.

L’ utilisation à outrance d’un vocabulaire maçonnique par les dernières ministres de l’enseignement (des termes tels que pacte qui renvoient au pacte méphistophélique) laisse à penser une certaine sympathie ou complaisance envers le satanisme maçonnique, pourtant condamné par l’Eglise catholique.