Les crimes de guerre historiques

1. Le 21 janvier 1793, la Révolution organisée par ou les francs-maçons ou par les Illuminati (les maçons accusent les Illuminés de Bavière d’en être responsables – laissons aux historiens le soin de trancher cette question ouverte), non contente d’avoir renversé le régime monarchique, décapita le Roi. L’exécution d’un prisonnier de guerre est un crime de guerre.

Les génocides historiques

2. En 1793, les sociétés secrètes (maçonniques ou Illuminati) ont instauré la Terreur et sont responsables du génocide vendéen. Décapitations, noyades, fours crématoires, … attestent d’une volonté d’extermination du peuple vendéen dont la culpabilité invoquée était de croire en Dieu. [1]

3. Le soutien et la participation active au régime bolchévique de 1917 ainsi qu’au génocide ukrainien (8 millions de morts). Le lien entre U.R.S.S. et Grand Orient de France est attesté par le paiement sur le compte bancaire français de la loge maçonnique en signe de remerciement. L’organisation (loge russe) d’un génocide et la collaboration (loge française) à un génocide sont des crimes contre l’Humanité. Le franc-maçon Richard Coudenhove Kalergi fait d’ailleurs l’éloge du régime bolchévique dans son ouvrage “Praktischer Idealismus” [2] pour lequel il souhaite rapidement l’instauration d’une “aristocratie de l’esprit” , c’est-à-dire l’Ordre après le Chaos (devise maçonnique Ordo ab Chaos, la dictature après l’anarchie) de la révolution russe.

4. Le génocide des Indiens d’Amérique a été permise par des politiciens américains dont la majorité sont des maçons. Ce fut le tribunal de l’Eglise, réuni à Valladolid, qui arrêta le génocide en déniant le caractère de “sauvages” que leur avaient octroyés les libéraux américains (aux Etats-Unis libéral signifie franc-maçon ou communiste). Des symboles maçonniques se retrouvent sur les billets de banque américains, ce qui atteste d’une forte infiltration maçonnique.

5. Le génocide arménien perpétré par la société secrète des Jeunes Turcs. Voici ce qu’en dit la bibliothèque nationale de France : Société secrète ottomane fondée en 1889 sous le nom : « İttihad-i Osmani cemiyeti », devient en 1895 le « Osmanli ittihat ve terakki cemiyeti =Comité Union et progrès ». A disparu en 1918. – Lutte d’abord contre le régime absolutiste de l’empire ottoman, puis évolue vers le nationalisme.

Le soutien au terrorisme = crime contre l’humanité

6.  La décision de la Garde des Sceaux Nicole Belloubet d’inviter les préfets à empêcher l’action juste et légale de patriotes d’épauler les gardes-frontières débordés par l’arrivée massive de migrants de tout ordre (terroristes, violeurs, prêcheurs de haine, trafiquants, repris de justice, illégaux, déserteurs syriens, …) de filtrer le passage à la frontière empêchant ainsi les groupes terroristes constitue une aide volontaire au terrorisme et donc un crime contre l’humanité.

Pour qu’un tribunal statue en ce sens, il faut que le lien direct de cause à effet soit établi, autrement dit si après un attentat, il appert que le passage de la frontière des terroristes en un lieu où cette circulaire était d’application a bien été facilité, la cause sera donc défendable. La Belgique ayant compétence universelle pour juger les crimes contre l’humanité, crimes imprescriptibles, ne manquera pas de juger de si odieuses pratiques. Et demandera l’extradition des condamnés.

7. Le scandale du financement de Daesh par le groupe Lafarge, dépendant de l’état français, est en passe de conduire à la mise en examen d’anciens ministres du gouvernement de François Hollande. Rappelons que, selon la presse, la majorité des membres du gouvernement français du septennat précédent sont franc-maçons.

8. Le soutien au terrorisme est un crime contre l’humanité. Aider des terroristes à revenir au pays, comme le fait ouvertement le Premier ministre canadien, Julien Trudeau, est passible de la Cour Internationale de justice. Toute aide, comme l’aide à franchir les frontières, doit être vue comme un soutien à une idéologie meurtrière et donc à un crime contre l’humanité. L’ argument que la surveillance et l’encadrement de ces animaux terroristes devrait permettre leur réinsertion dans la société est un faux argument destiné à rassurer les naïfs et les complices. Les services de police sont débordés et l’actualité récente nous montre que l’aide au retour de djihadistes est en fait une aide à la préparation d’attentats, tant la recrudescence d’incidents et d’attaques de tous ordre (couteau, voiture-bélier, attaque à la bombe, …) est véritablement exponentielle.

9. L’aide à des groupes terroristes, qu’elle soit une aide financière ou qu’elle se fasse par un positionnement militaire de soutien et de coopération, est un crime contre l’humanité. L’ accusation de Bachar-el-Assad envers la France (celle de Hollande mais aussi celle de Macron)  comme quoi « La France a été le porte-étendard du soutien au terrorisme en Syrie dès les premiers jours [du conflit]», a estimé Bachar el-Assad, en référence au soutien apporté par Paris aux rebelles qui combattent son gouvernement depuis 2011″ est lourde de conséquences. Si cette accusation est avérée, il s’agit d’un crime contre l’humanité.

10. L’administration Obama-Clinton, dont l’appartenance à des sociétés secrètes apparaît comme hautement probable, est actuellement engluée dans le scandale d’un possible financement de Daesh et d’Al-Qaïda par les services secrets américains, l’administration Trump au contraire adopte une position combinant fermeté et dialogue vis-à-vis de pays peu recommandables, tel l’Iran ou la Corée du Nord. On peut rappeler que le financement de groupes terroristes est un crime de guerre, passible de l’injection létale aux Etats-Unis et de la prison à vie dans la majorité des pays européens. 


Les sociétés secrètes : Article précédent

Les sociétés secrètes : Article suivant


Références

[1] Le Figaro Histoire, juin-juillet 2016

[2] Idéalisme Pratique, Richard Coudenhove Kalergi, traduction française d’Adeline Gasner, disponible en pdf sur le web