La Gauchosphère et la prétendue «fachosphère»

Gauchosphère désigne un monde journalistique aux ordres de financiers néo-libéraux mondialistes dont la façade prétendûment de gauche cache très mal une vision économique du monde complètement totalitaire et oligarchique. Le double langage et la désinformation en sont ses caractéristiques principales.

Fachosphère est une expression utilisée par les défenseurs du raciste anti-blanc Mehdi Meklat, journalistes et politiciens larbins des lobbys pétroliers saoudiens et texans, pour stigmatiser les défenseurs du monde libre qui oseraient critiquer la politique d’immigration massive et d’islamisation du continent européen. Cette même immigration massive sert aussi les intérêts de leurs alliés mafieux qui y trouvent une main d’oeuvre adéquate pour leurs trafics d’êtres humains, d’armes et de stupéfiants. L’Europe passoire denuée de toutes frontières extérieures est évidemment une aubaine pour ces trafiquants.

A tous ces journalistes et politiciens corrompus, on a envie de leur demander : vous n’en n’avez pas marre d’être des larbins? N’avez-vous vraiment aucune dignité humaine? Relisez la prose de votre chouchou Marcelin Deschamps alias Mehdi Meklat : «il faut tuer les Blancs ASAP» (en anglais ASAP, as soon as possible, signifie aussi vite que possible). Le digne héritier de l’eugéniste et raciste anti-blanc Kalergi, a été promu par les médias parce qu’il représente la haine du monde occidental blanc et chrétien tel que véhiculé par les loges maçonniques, authentiques sectes sataniques (elles se disent lucifériennes), qui ont pour but

de tuer les rois et de détruire le christianisme.

La campagne de haine envers Donald Trump

Guy Millière dans son ouvrage très documenté relatant la campagne électorale américaine [1] commente ainsi : «Donald Trump venait d’être élu Président des Etats-Unis. La campagne de haine et de désinformation contre Donald Trump avait commencé». Il poursuit «Quand j’ai achevé la rédaction», continue-t-il, «Donald Trump avait pris ses fonctions. La campagne de haine et de désinformation était devenue plus intense.» Millière va analyser brillamment cette

tentative de lavage de cerveau et de conditionnement de la pensée, tout en précisant que «depuis, la campagne a atteint un niveau de frénésie et de haine que je n’avais jamais connu».

Que reprochent donc ces média aux ordres à Donald Trump? De ne pas être comme Obama? De ne pas souffrir du syndrôme du parfait crétin ou de l’infâme crapule (inglorious bastard en franglais), le même syndrôme dont semblait souffrir Obama lorsqu’il a négocié avec l’Iran le dossier nucléaire et offert 150 milliards de dollars à un état qui soutient le terrorisme et qui s’est empressé avec cette manne financière d’acheter des armes et d’investir dans le processus de fabrication de bombes atomiques.

Alors que la politique de l’administration Obama-Clinton est une véritable catastrophe au niveau international, celle-ci n’a que bizarrement quasi jamais essuyé les critiques de la presse officielle, celle-là même qui est aux ordres de grands groupes financiers liés à des sociétés secrètes. A l’inverse, la politique courageuse de l’administration Trump ne cesse d’être critiquée sans raison, sans le moindre argument recevable, et avec une armada de propos haineux.

La campagne de haine envers notre pape Benoît XVI

Alors qu’étonnamment aucune critique majeure ne s’élève de la gauchosphère envers le pape hérétique François, ou anti-pape, notre pape Benoît XVI a dû subir une campagne de haine sans précédent lorsqu’il a vaillamment défendu nos valeurs occidentales dans son discours de Ratisbone [2]. Les sociétés secrètes satanistes n’ont aucun intérêt à critiquer l’anti-pape puisqu’il défend, par ignorance, couardise ou collusion d’idées, exactement les mêmes thèses

outrancières que l’on retrouve dans ces sectes, idées condamnées non seulement par l’Eglise catholique mais aussi par le Genre Humain (Humanum Genus en latin).

Citer l’empereur romain Manuel II Paléologue et son plaidoyer en faveur de la primauté de la raison sur les pulsions bestiales ne peut qu’apparaître impie aux yeux de sociétés secrètes à caractère sataniste qui justement espèrent broyer la personnalité de leurs croyants en les rabaissant au niveau animal pour mieux pouvoir les manipuler. On ne manipule pas par la raison mais bien par l’irrationnel, ce procédé étant bien connu des publicitaires et autres marchands d’illusion.

La campagne de haine envers Aung San Suu Kyi

Les musulmans Rohyngias, qui refusèrent de s’intégrer à la Birmanie bouddhiste, saccagèrent les restaurants qui servaient du porc, détruisirent les boutiques qui vendaient de l’alcool et se comportèrent en voyou saccageant tout sur leur passage durant les mois de ramadan. Les terroristes Rohyngias attaquèrent aussi des postes frontière à la roquette.

La gauchosphère entama alors une campagne de désinformation envers la Première ministre birmane lui reprochant « son manque d’empathie ». Pour des terroristes? Pour des voyous?

L’ armée dut intervenir pour protéger la population birmane des exactions d’une minorité. Les voyous  s’échappèrent vers le pays voisin. C’est cela que la gauchosphère bobo plutôt collabo qualifia de « déportation ». C’est de la manipulation consistant à présenter des agresseurs comme victimes.

Les campagnes de haine envers le peuple hébreu et les Juifs

Work in progress

Illustration

Bertrand Cazeneuve semble trouver tout à fait normal qu’il y ait des appels à la haine dans les mosquées salafistes, si l’on interprète correctement sa déclaration. Il utilise cette tournure de phrase très spécieuse que l’appel au djihad ne serait pas punissable (un appel au combat moral n’est pas punissable) alors que l’incitation à la haine raciale ou religieuse qui est à la base de très nombreux prêches salafistes est elle belle et bien punissable. Rappelons que Bernard Cazeneuve fait partie de ces francs-maçons déclarés.

Références

[1] Guy Millière, La révolution Trump ne fait que commencer, éditions Valensin.

[2] Sa Sainteté Benoît XVI, discours de Ratisbone

Les sociétés secrètes : Article précédent

Les sociétés secrètes : Article suivant