Le monde de demain sera un monde sans déchet. Finies les montagnes de téléphones mobiles en Afrique, finis les océans de bouteilles plastiques dans le Pacifique, finies les tonnes de pétrole brûlées pour éliminer des déchets dont on aurait pu se passer.

Les magasins zéro déchet

Les magasins zéro déchet, à l’instar de la chaîne de magasins Root, commencent à faire leur apparition et connaissent un franc succès. D’autres comme Food Coop aux Etats-Unis, La Louve à Paris ou Farm en Belgique promeuvent l’achat majoritairement en vrac. Si c’est tout à fait possible pour de nombreux produits, ce ne l’est pas encore pour le miel. Mais la tendance est là.

La dictature européenne défend les lobbys pétroliers

Une nouvelle fois la bureaucratie de la dictature européenne étonne le monde par sa bêtise et sa corruption. Un règlement de la Commission européenne interdit la vente en vrac d’huile d’olive sous le fallacieux prétexte d’une hygiène insuffisante. S’il est vrai que le consommateur moyen a tendance à ne pas nettoyer ses vidanges d’huile (l’eau et l’huile ne se mélangent pas), la réutilisation de films d’huile sur les parois de la bouteille se mélangeant à la nouvelle huile ne pose aucun problème au niveau bactérien. Ceux qui font chez eux des huiles spéciales (au piment par exemple) savent que l’on peut réutiliser un même fond d’huile et un même fond de piment au moins une bonne dizaine de fois.

Ce qui est en jeu ici ce ne sont pas les bactéries mais le projet de société. Porter chaque fois à la bulle à verre une bouteille supplémentaire multiplié par le nombre d’utilisateurs, cela en fait des voyages en camion de la bulle à verre au centre de recyclage. Consommation de pétrole inutile, mais ô combien rémunérateur pour les fonctionnaires et politiciens européens corrompus, arrosés par les lobbys pétroliers. Il est temps de se débarrasser de cette caste de perroquets bavards grassement payés et de recouvrer notre pleine souveraineté. Il est temps

aussi de dévoiler les comptes dans les paradis fiscaux des fonctionnaires et politiciens corrompus qui ne défendent plus ceux qui les ont élus ou placés là.

Deux poids, deux mesures

Alors que la Commission Européenne agace les honnêtes gens par ses tracasseries

administratives non fondées, elle affiche clairement son inutilité dans la crise des oeufs contaminés aux insecticides, empêtrée qu’elle est par son souci de défendre les seuls intérêts économiques des grands groupes agroalimentaires et la corruption de certains de ses fonctionnaires qui occultent leur forfaiture par

le biais des paradis fiscaux.

Demain : Article précédent

Demain : Article suivant