La révolution Trump ne fait que commencer de Guy Millière

(…) «Donald Trump venait d’être élu Président des Etats-Unis. La campagne de haine et de désinformation contre Donald Trump avait commencé» commente Guy Millière dans son ouvrage très documenté paru aux éditions Valensin. «Quand j’ai achevé la rédaction», continue-t-il, «Donald Trump avait pris ses fonctions. La campagne de haine et de désinformation était devenue plus intense.» Millière va analyser cette tentative de formattage de la pensée, tout en précisant que «depuis, la campagne a atteint un niveau de frénésie et de haine que je n’avais jamais connu».

Il précise aussi pourquoi Trump est si attaché à la construction d’un mur avec le Mexique. Ce n’est pas uniquement le contrôle des illégaux qui pénètrent aux Etats-Unis qu’il veut réaliser mais aussi et surtout le contrôle de certaines marchandises illicites que certains véhiculent comme la drogue ou les armes. Et Millière de rappeler que certaines villes américaines voisines du Mexique sont déjà presque totalement aux mains des mafias de la drogue et que la corruption y atteint un niveau record.

De manière sous-jacente à son discours, Millière invite le lecteur à se poser la question si Obama souffre du syndrôme du parfait crétin ou au contraire de celui de l’infâme crapule (inglorious bastard en franglais) lorsque ce dernier a négocié avec l’Iran et offert 150 milliards de dollars à un état qui soutient le terrorisme et qui s’est empressé avec cette manne financière d’acheter des armes et d’investir dans le processus de fabrication de bombes atomiques.

Faut-il rappeler que le président américain Franklin Roosevelt, franc-maçon Shriner reconnu, n’a jamais pris la décision de bombarder les voies de chemin de fer allemandes qui menaient aux camps de concentration durant la deuxième guerre mondiale, alors que les autorités américaines connaissaient l’existence de ces camps?

Il est aujourd’hui avéré que tous les génocides ont été au préalable décidés dans des sociétés secrètes satanistes qui prônent l’animalité et vénèrent le dieu Moloch pour lequel justement sont sacrifiés les enfants de la nation.

Extraits des discours de Donald Trump

Extrait du discours de Donald Trump sur le terrorisme et la sécurité, Youngstown, Ohio, 15 août 2016 (page 100)

La montée en puissance de l’Etat islamique est le résultat direct des décisions politiques prises par le président Obama et la secrétaire d’Etat Clinton.

Revenons pour comprendre au Moyen-Orient au tout début de l’année 2009, avant que l’administration Obama-Clinton n’arrive.

La Libye était stable.

La Syrie était sous contrôle.

L’Egypte état gouvernée par un président laïc et allié des Etats-Unis.

L’Irak ne connaissait plus guère de violences.(…) l’Etat islamique était quasiment anéanti.

L’Iran était étranglé par des sanctions économiques.

(…) Quels ont été les résultats des décisions d’Obama-Clinton?

La Libye est en ruine. (…) L’Etat islamique y a installé une base arrière.

La Syrie est en proie à une guerre civile désastreuse. L’Etat islamique contrôle une

grande partie du territoire. Une crise des réfugiés menace désormais l’Europe et les

Etats-Unis.

En Egypte, des terroristes ont pris pied dans le désert du Sinaï, près du canal de Suez,

l’une des voies navigables les plus essentielles du monde.

L’Irak est dans le chaos, et l’Etat islamique y fait des ravages. (…)

L’Etat islamique tente d’infiltrer le flux de réfugiés qui se dirigent vers l’Europe et les Etats-Unis.

L’Iran, le plus grand financier mondial du terrorisme, vient de recevoir 150 milliards de dollars en espèces de la part des Etats-Unis (…)

Extrait du discours de Donald Trump sur le terrorisme et la sécurité, Youngstown, Ohio, 15 août 2016 (page 102)

Lors de la fin de la guerre froide, le président Ronald Reagan a, à plusieurs reprises,

souligné la supériorité de la liberté sur le communisme, et a appelé l’Union Soviétique l’Empire du Mal.

Quand le président Obama a prononcé son discours au Caire, aucun courage moral de ce genre n’a existé. Au lieu de condamner l’oppression des femmes et des gays dans de nombreux pays musulmans, et les violations systématiques des droits de l’homme, ou le financement du terrorisme international, le président Obama a tenté de poser une équivalence entre les droits de l’homme et leur négation.

Extrait du discours de Donald Trump sur le terrorisme et la sécurité, Youngstown, Ohio, 15 août 2016 (page 105)

Mon administration mènera des opérations militaires avec la coalition en place pour écraser et détruire l’Etat islamique, elle cherchera à établir une coopération

internationale pour assécher le financement de celui-ci, à approfondir l’échange de

renseignements concernant ses réseaux, et à mener la cyberguerre aux fins de désactiver ses moyens de propagande et de recrutement. Nous ne pouvons pas accepter que l’Internet soit utilisé comme un outil de recrutement par notre ennemi, nous devons fermer l’accès à cet outil de communication, et nous devons le faire immédiatement.

Carnets de lecture : Article précédent

Carnets de lecture : Article suivant