Peut-être que l’un ou l’autre de mes camarades de jeu de sept.info se dévouera pour une critique de mon dernier roman ? D’ici là, je vous offre quelques clefs de lecture à son sujet.

C’était en été, une saison d’enfer et de fatigue qui incinérait toute tentative de repos. Tout serait dit et, pourtant, sous la douleur et l’ennui, brillait une gemme sombre. Pas même moyen de se draper dignement dans les plis de la tragédie, le drame tenait du vaudeville. Des prostituées grotesques faisaient claquer les dalles de béton décelées de l’entrée du bâtiment où je logeais, bruit ridicule et insistant, le malaise d’un lit moite, l’énervement stérile de l’indécision. Je ne suis pas le principal protagoniste de « Canicule parano », je ne suis pas Maxence, j’ai partagé son mal-être et sa fatigue crasse. C’était l’été 2007 ou 2009, un été de canicule ressemble à n’importe quel autre, la chaleur efface tout, nivelle tout, écrase, aplatit sans merci.

Il me souvient de quelques scènes toutefois, d’une immense fatigue et de quelques éclairs, fulgurants, le vrai récit, celui qui m’est venu lorsque j’errais dans mon petit logement. La lumière, la vue, les volumes simples du studio me montraient une échappatoire, par en-dessous, là où il faut tout abandonner pour pouvoir passer. « Canicule parano » fait partie d’un plus grand projet, un triptyque à propos de ce que je nomme les « autres » vertus : trahison, amoralité, déréliction. « Canicule parano » illustre cette dernière « vertu ». Les deux précédents textes existent et s’intitulent « La nouvelle Fuite à Varennes » pour la trahison et « Slide show » pour l’amoralité. J’ai quelques projets pour « La nouvelle Fuite à Varennes », « Slide show » est au coffre, dans une bonne banque de la place, peut-être une publication dans bien longtemps. Il s’agit d’amoralité et non d’immoralité, au-delà … Pareil pour la trahison et pour la douleur, l’abandon, aller au-delà des apparences.

Le texte est venu après l’été, après Berlin, avec l’évocation de Bâle, de Barcelone, de Paris, de l’adolescence, belles destinations. Il m’est venu avec l’évocation de mille détails cocasses à propos de Berlin, l’autre personnage principal de ce roman. Il y a, aussi, en filigrane la réflexion sur la signification d’être romand, débat perpétuel surtout lorsque, comme moi, on a trouvé son équilibre à Berlin, on a conçu sa spécificité culturelle de francophone en se frottant aux mondes germaniques. Je suis, soit, un auteur allemand de langue française mais les Vaudois sont des Prussiens qui s’ignorent. La preuve dans « Canicule parano ».